Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

La France de Marine Le Pen : affaiblie, isolée, divisée

Cette étude aborde, sans discours moralisateur, le programme de Marine Le Pen, c'est-à-dire ses 144 engagements présidentiels, mais aussi des contributions et interventions qui en précisent les contours. Autrement dit, une lecture resserrée et problématisée de ce que serait la France de Marine Le Pen.

Synthèse

Marine Le Pen rassemble les aspirations de nombreux électeurs, comme le manifeste sa solidité dans les intentions de vote. Mieux connaître et mieux analyser son programme, c'est donc contribuer à répondre au problème politique que pose son enracinement continu dans la vie politique nationale. Son slogan de campagne annonce une France apaisée mais ses mesures promettent une France affaiblie, isolée et divisée.

Une France affaiblie. Si la liste des dépenses qu’elle compte engager est longue, parfois imprécise, celle des économies demeure vague et floue. Le déséquilibre entre les recettes et les dépenses est manifeste et traduit un programme économique aventureux. Cette irresponsabilité menace avant tout ceux qui sont les plus fragiles, les chômeurs, les travailleurs précaires ou les petits épargnants.

Une France isolée. La sortie de la France du cadre européen dans son ensemble, et la potentielle remise en cause de la totalité de ses engagements internationaux, conduirait notre pays à perdre toute influence, à un moment de son histoire où les menaces, climatiques comme sécuritaires, ne s’arrêtent pas à nos frontières et nécessitent au contraire de négocier et interagir avec nos partenaires en étant un acteur crédible et fiable.

Une France divisée. Malgré une rénovation de façade, le programme renoue avec le grand bazar identitaire de l’extrême droite, avec au cœur de sa démonstration la priorité nationale et la déclinaison, sous plusieurs registres, de la menace que les étrangers feraient peser sur notre pays. L’ordre promis, vanté et proclamé, est en réalité une désorganisation annoncée de la justice. Il est la marque d’une conception inquiétante de l’Etat de droit, et d’un amateurisme dans la réponse opérationnelle au terrorisme. 

Télécharger l'étude (PDF, 350 ko)
Ajouter un commentaire