Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Quelles politiques pour la France périurbaine (II) ?

Après un premier volet consacré au phénomène de para-urbanisation, ce second volet d'une étude consacrée au périurbain l'aborde sous l'angle des enjeux énergétiques et écologiques. La transition écologique peut notamment être une source de développement économique pour ces territoires.

Synthèse

Dans le premier volet de notre étude sur les politiques à mener pour le périurbain nous insistions pour ne pas stigmatiser ni ces territoires ni le choix de ses habitants d’y résider.

Le phénomène de para-urbanisation, c’est-à-dire d’extension urbaine dans les zones rurales en très grande périphérie des villes, doit cependant être contré. En effet, il s’apparente souvent à un mécanisme d’exclusion des ménages modestes qui ne peuvent accéder à la propriété à l’intérieur des pôles urbains en raison des politiques « malthusiennes » menées par les communes des premières couronnes. Pour stopper la para-urbanisation, il apparaît nécessaire de renforcer l’intercommunalité à la fois en élargissant les périmètres des métropoles et agglomérations de manière à couvrir a minima les communes où la densification est possible et pertinente, et aussi en renforçant leur compétences en matière d’urbanisme et de logement. Les communes périphériques à dominante rurale doivent elles aussi s’inscrire dans des intercommunalités plus vastes pour mutualiser les moyens nécessaires aux politiques locales.

Dans ce second volet, nous souhaitons aborder le périurbain sous l’angle des enjeux énergétiques et écologiques. Alors que de nombreux travaux préconisent de stopper l’étalement urbain et de densifier les métropoles, il apparaît possible de trouver des solutions adaptées aux caractéristiques de chaque territoire. Ainsi les territoires les moins denses sont aussi ceux où des solutions d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables peuvent le plus facilement être mises en œuvre. En revanche, pour un quartier qui a vocation à se densifier, notamment autour de nœuds de transports, la transition énergétique pourra passer davantage par le renforcement des infrastructures de réseaux. Des investissements en faveur d’une transition énergétique adaptée au projet de territoire peuvent alors participer à la création d’emploi local dans toutes les communes périurbaines. La transition écologique, avec l’agroécologie et l’économie circulaire, sont également des leviers d’un développement économique endogène qui doit être pensé pour renforcer les synergies entre lieux résidentiels et lieux productifs.

Pour répondre à ces enjeux, il est nécessaire de développer des stratégies d’investissement fondées sur des démarches prospectives locales et partagées avec les habitants. Ces stratégies doivent mobiliser l’ensemble des collectivités locales dans le cadre d’un dialogue efficace entre les différents niveaux de collectivité.

Télécharger l'étude (PDF, 310 ko)
Ajouter un commentaire