Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Le Royaume-Uni, une puissance atlantique, continentale ou globale ? Une quête historique toujours recommencée

Depuis le 23 juin 2016, date du vote britannique en faveur du « Brexit », et jusqu'au 29 mars 2019, date prévue de sortie effective de l'Union européenne, l'actualité politique est rythmée outre-Manche par la préparation des nouvelles relations que le Royaume-Uni souhaite instaurer avec ses partenaires européens et réciproquement. Ce dossier, à la fois extrêmement technique et très politique, connaît de multiples rebondissements au fil des mois et réserve encore certainement quelques surprises dans un pays profondément divisé sur ce sujet. Ce feuilleton à rebondissements invite à prendre du recul et à situer le moment actuel dans une trajectoire historique plus longue. Au moment où la sortie de l'Union européenne devrait permettre, pour ses plus optimistes partisans, la redéfinition d'une stratégie mondiale baptisée « global Britain », il est particulièrement intéressant de retracer, dans la longue durée, le rapport des Britanniques à l'espace international, ce qu'analyse Jean-Marc Daniel, économiste et professeur à l'ESCP Europe pour Terra Nova.

Synthèse

Depuis le 23 juin 2016, date du vote britannique en faveur du « Brexit », et jusqu'au 29 mars 2019, date prévue de sortie effective de l'Union européenne, l'actualité politique est rythmée outre-Manche par la préparation des nouvelles relations que le Royaume-Uni souhaite instaurer avec ses partenaires européens et réciproquement. Ce dossier, à la fois extrêmement technique et très politique, connaît de multiples rebondissements au fil des mois et réserve encore certainement quelques surprises dans un pays profondément divisé sur ce sujet.

Ce feuilleton à rebondissements invite à prendre du recul et à situer le moment actuel dans une trajectoire historique plus longue. Au moment où la sortie de l'Union européenne devrait permettre, pour ses plus optimistes partisans, la redéfinition d'une stratégie mondiale baptisée « global Britain », il est particulièrement intéressant de retracer, dans la longue durée, le rapport des Britanniques à l'espace international. Celui-ci repose, selon la présente analyse de Jean-Marc Daniel, à la fois sur des avantages comparatifs singuliers et sur l'idée que l'intérêt national britannique se situe à l'intersection de trois cercles : la relation transatlantique, la relation européenne et la relation avec les composantes de l'ancien empire (Commonwealth). Le problème est que, d'une part, les avantages comparatifs du Royaume-Uni se sont estompés avec le temps et que, de l'autre, l'intersection entre les trois cercles est devenue toujours plus improbable.

Télécharger la note (PDF, 420 ko)
Ajouter un commentaire