Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Des enseignements en anglais à l'Université

Le débat sur la possibilité qu'offrirait la loi sur l'Enseignement supérieur et la recherche de permettre à l'Université de dispenser des enseignements en anglais ne doit pas occulter les objectifs réels d'une telle réforme : permettre à tous les étudiants d'accéder aux savoirs sous toutes leurs formes.

Synthèse

Cet accès exige aujourd'hui, dans toutes les disciplines, la maîtrise de la langue anglaise, devenue langue d'échange dans la communauté scientifique. Loin de prôner un passage au "tout-anglais", cette note se prononce en faveur d'une telle disposition, car elle permettra d'accroître le rayonnement culturel de la France pour les étudiants et les professeurs étrangers, tout en ouvrant aux étudiants français les échanges avec leurs pairs du monde entier. Cette mesure n'est pas incompatible avec la défense du français : la note propose qu'un enseignement en Français Langue Etrangère (FLE) et en culture française soit systématiquement proposé aux étudiants étrangers.

Alors que l'avenir de nos universités et de notre système de recherche sont en jeu dans les réformes que propose la nouvelle loi sur l'Enseignement supérieur et la recherche en discussion au Parlement, une seule mesure semble susciter les passions : la possibilité qu'ouvrirait la loi de proposer certains enseignements en anglais. Terra Nova est favorable à cette disposition, non seulement parce qu'elle devrait accroître l'attractivité de la France pour les étudiants et les professeurs étrangers, mais aussi parce qu'elle serait bénéfique pour nos étudiants qui, ayant eu l'occasion de côtoyer leurs semblables du monde entier, seront mieux en mesure de s'insérer dans un monde qui change et dont les frontières s'élargissent. On pourra quand même s'étonner, à cette occasion, que des dispositions d'ordre pédagogique doivent être réglées par la Loi.

Pour enrichir le débat, cette note propose que tout étudiant non-francophone suivant un cursus complet dans notre pays puisse suivre un enseignement en Français Langue Etrangère (FLE) et en culture française, et que le recrutement d’enseignants non-francophones sur des postes permanents de l’université soit autorisé, sous condition que ceux-ci donnent à terme également des enseignements en français. En matière de langue d’enseignement, chaque établissement devrait pouvoir définir sa propre politique, dans le cadre de son contrat pluriannuel.

Télécharger la note (PDF, 190 ko)
Ajouter un commentaire