Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF - vague 11

Terra Nova est partenaire du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF en 2020, dont nous publions une note de présentation des résultats. Cette nouvelle vague d’enquête apporte plusieurs surprises tout en confirmant les tendances de fond marquant un fort désenchantement politique. Même avec un rattrapage ou une embellie du rapport des Français à leurs institutions et leurs concitoyens, les niveaux de défiance restent impressionnants. On pouvait s'en douter, mais la comparaison avec nos voisins permet de confirmer une intuition : notre pessimisme apparaît comme un trait singulier de notre démocratie.

Synthèse

Cette nouvelle vague d’enquête apporte plusieurs surprises tout en confirmant les tendances de fond marquant un fort désenchantement politique. Même avec un rattrapage ou une embellie du rapport des Français à leurs institutions et leurs concitoyens, les niveaux de défiance restent impressionnants. On pouvait s'en douter, mais la comparaison avec nos voisins permet de confirmer une intuition : notre pessimisme apparaît comme un trait singulier de notre démocratie. L'aspect homogène de la remontée de confiance de l'ensemble des institutions montre qu'il apparaît difficile d'y voir un diagnostic en finesse du fonctionnement de chacune de ces institutions. Il est néanmoins frappant de voir le mouvement à contre-courant de la police, qui pointe une difficulté particulière - mais qu'on ne peut séparer de la récurrence et de l'ampleur du recours à la manifestation de rue en France pour exprimer un mécontentement politique.

Quand on se compare à nos voisins, il est intéressant d'observer à la fois le niveau de défiance et la hiérarchie des institutions : elle est proche dans nos trois pays, compte tenu du poids respectif des traditions : le Parlement britannique ou le Sénat allemand ont un poids symbolique bien différent de leurs homologues français. Mais l'école, par exemple, fait l'objet d'un consensus beaucoup plus large chez nos voisins, ce qui montre que la perspective de mettre fin à une inépuisable guerre scolaire n'a rien d'utopique. Enfin, le recours à l'homme providentiel fait l'objet de mouvements croisés contre-intuitifs. Alors que c'est l'institution présidentielle française qui est censé exprimer la préférence hexagonale pour l'homme du dernier recours, on voit une attente beaucoup plus forte du recours à l'autorité chez les Britanniques et les Allemands. Est-ce une prudence apprise par l'expérience du côté français ? Elle montre en tous cas que la maturité démocratique, le choix des institutions délibératives et du partage du pouvoir font aussi partie de nos représentations, quoi qu'en disent les analyses trop rapides sur notre inévitable penchant bonapartiste.

Télécharger la note (PDF, 3,1 Mo)
Ajouter un commentaire