Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Débat politique européen: quel espace dans les médias français ?

L'existence d'une sphère du débat public est un des éléments essentiels à la constitution d'une démocratie réelle. Or l'espace public européen peine à se construire, et condamne la démocratie européenne à ne demeurer qu'un lointain horizon.

Synthèse

Cette note, publiée en appui à une pétition portée par Terra Nova, Sauvons l'Europe, Europe Créative et le Pacte civique, propose d'ouvrir les médias audiovisuels nationaux au débat politique européen. Ainsi, dans le cadre de sa mission de régulation du débat public, le Conseil supérieur de l'audiovisuel pourrait assurer un temps de parole équilibré à la télévision aux représentants élus dans les institutions communautaires et aux questions politiques européennes. De même que pour les débats parlementaires nationaux, les débats au Parlement européen pourraient faire l'objet d'une diffusion par les chaînes du service public.

L’avènement d’une démocratie européenne est, dès l’origine, l’un des objectifs de la construction communautaire. Cet objectif reste malheureusement lointain. LEurope connait un profond malaise démocratique, une crise de confiance exacerbée par cette période de tourment économique, qui se manifeste à l’égard de l’échelon européen et, de plus en plus, entre les peuples européens.

Le système politique européen reste perçu, non sans raison, comme trop complexe, lointain et omnipotent. Les citoyens se sentent dépossédés de leurs choix politiques par l’« Europe de Bruxelles », une Commission technocratique et insuffisamment redevable, et un Conseil dominé par les grands Etats, aujourd’hui créditeurs. Le rôle du Parlement européen reste mal connu et perçu comme peu puissant. S’enchaînent ainsi aux élections européennes les records d’abstention et les percées de l’extrême droite, qui a obtenu un score à deux chiffres dans six pays européens en 2009.

Les élections européennes de 2014 offrent une grande opportunité pour démocratiser le système européen. Pour la première fois, grâce à la mise en œuvre du traité de Lisbonne, le Président de la Commission sera élu par le Parlement européen, sur proposition du Conseil faite à la lumière de la majorité issue des urnes. Les grands partis ont donc la possibilité de proposer aux électeurs leurs candidats à la Présidence de la Commission. Le Parti socialiste européen (PSE) a déjà décidé d’organiser des primaires pour choisir son candidat unique. Cette réforme peut contribuer à politiser le débat européen en permettant l’incarnation d’une ligne politique pour l’Europe et un renforcement de la légitimité démocratique de la Commission européenne. Mais elle ne se suffira pas à elle-même.

En effet, le système européen aura beau se simplifier, les partis européens se structurer, une démocratie véritablement européenne ne se fera pas sans espace public européen. Or les médias ne jouent pas suffisamment leur rôle et sont en partie responsables de la grande méconnaissance des enjeux et des clivages politiques européens, dont le décryptage reste réservé à un cercle d’experts. L’Europe contée par les partis d’extrême droite est une fable, mais ce diktat technocratique bruxellois est en effet ce qui peut ressortir du traitement de l’actualité européenne par les grands médias.

Il est donc nécessaire d’ouvrir les médias audiovisuels nationaux au débat politique européen, de manière à ce que les citoyens puissent s’en saisir. Nous proposons, dans le cadre français, que le Conseil supérieur de l’audiovisuel, dans le cadre de sa mission constitutionnelle de protection du pluralisme des opinions, assure un temps de parole spécifique aux questions politiques européennes et aux représentants élus dans les institutions communautaires. Ce sujet pourrait être précisé dans le cahier des charges des chaînes publiques et la convention d’autorisation des chaînes privées, et le Parlement européen pourrait être intégré aux systèmes de représentation audiovisuelle du Parlement français.

Télécharger la note (PDF, 220 ko)
Ajouter un commentaire