Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Elections russes : chronique d’une victoire à la Pyrrhus

Dimanche 4 mars a été réélu sans grande surprise Vladimir Poutine à la tête de la Fédération de Russie, dès le premier tour, avec 63,9 % des voix. Privé d'un second tour, le peuple russe a cependant fait entendre sa voix ces derniers mois, notamment en décembre dernier lors d'importantes manifestations. Les prochains rassemblements prévus laissent entrevoir un changement d’attitude des Russes envers le pouvoir suprême. Il est permis de douter que Vladimir Poutine puisse ignorer longtemps ces évolutions.

Synthèse

Après l’intermède Dimitri Medvedev, Vladimir Poutine retrouve son siège de Président de la Fédération de Russie. Jusque-là, rien de très surprenant, tout cela était cousu de fil blanc. Vladimir Poutine, alors vice-président, chef du gouvernement, et ancien Président de la Fédération entre 2000 et 2008, fut officiellement intronisé comme le candidat officiel à la présidence pour « Russie Unie » quelques jours avant les fraudes constatées lors du scrutin législatif du 4 décembre 2011.

  De manière spontanée (et grâce à un relai de l’information favorisé par internet), les Moscovites sont descendus dans la rue. Leur revendication est simple : le pouvoir doit respecter les droits du citoyen,  exaspéré par la corruption ambiante du pays.  

Au lendemain de l’élection présidentielle, lundi 5 mars, 15 000 moscovites ont à nouveau manifesté, dans les rues d’une ville quadrillée par la police et faisant face à des partisans de Poutine tout aussi nombreux, pour dénoncer la victoire frauduleuse du président. Des dizaines d’entre eux, dont certaines figures emblématiques comme le blogueur anticorruption Alexeï Navalny, le leader d'extrême gauche Sergueï Oudaltsov et l'écrivain Édouard Limonov, ont été arrêtés.  

De nombreuses questions se posent aujourd’hui : Poutine va-t-il durcir le ton face à ceux qui l’ont défié dans la rue ? Au contraire, sa stratégie consistera-t-elle à permettre une libération de la parole et à prendre en compte les propositions de réformes évoquées par Dimitri Medvedev (facilitation de la procédure d’enregistrement des partis politiques, réforme de la représentation à la Douma[1]) avant les manifestations[2] ? On peut en effet se demander si le nouveau Président pourra se permettre de rester dans l’expectative, paralysé par ces mouvements de contestation inédits en Russie.  

[1] Parlement russe

[2] « Russie : la réforme politique préparée avant les manifestations » : http://fr.rian.ru/politique/20120228/193538617.html

Télécharger la note (PDF, 190 ko)
Ajouter un commentaire