Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

La crise sanitaire nous place devant des choix de société

S’il est un fait à retenir dans la crise que nous vivons, c’est bien que la préservation immédiate de la vie humaine a, sauf exception, prévalu sur toute autre considération, économique ou idéologique. Pour sauver des vies et protéger les plus vulnérables, la très grande majorité des gouvernements dans le monde a fait le choix du confinement plutôt que celui de l’immunité collective. Un choix, ou un arbitrage, adopté aussi par l’immense majorité des citoyens confrontés à cette épidémie. Un choix pour se protéger, pour protéger les autres et pour soutenir la mobilisation remarquable des acteurs de première ligne, soignants et non-soignants. Un choix effectué et adopté en dépit de conséquences économiques, sociales, sociétales, à la fois considérables et inédites. A ce jour, chacun pressent l’ampleur des répercussions sans pouvoir toutefois en mesurer les contours exacts. L'analyse de Thierry Beaudet, président de la Fédération nationale de la Mutualité Française, pour Terra Nova, est à lire ci-dessous.

Synthèse

S’il est un fait à retenir dans la crise que nous vivons, c’est bien que la préservation immédiate de la vie humaine a, sauf exception, prévalu sur toute autre considération, économique ou idéologique. Pour sauver des vies et protéger les plus vulnérables, la très grande majorité des gouvernements dans le monde a fait le choix du confinement plutôt que celui de l’immunité collective. Un choix, ou un arbitrage, adopté aussi par l’immense majorité des citoyens confrontés à cette épidémie. Un choix pour se protéger, pour protéger les autres et pour soutenir la mobilisation remarquable des acteurs de première ligne, soignants et non-soignants. Un choix effectué et adopté en dépit de conséquences économiques, sociales, sociétales, à la fois considérables et inédites. A ce jour, chacun pressent l’ampleur des répercussions sans pouvoir toutefois en mesurer les contours exacts. L'analyse de Thierry Beaudet, président de la Fédération nationale de la Mutualité Française, pour Terra Nova, est à lire ci-dessous. 

Télécharger la note (PDF, 1,2 Mo)
Ajouter un commentaire