Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

La révision constitutionnelle de Marine Le Pen : un projet contraire à notre identité nationale

La réforme institutionnelle de la candidate d'extrême-droite propose une vision biaisée et contradictoire de notre régime. Cette note d'Olivier Rouquan explique pourquoi.

Synthèse

Dans son livret sur la réforme institutionnelle, la candidate du Rassemblement bleu Marine qualifiée au second tour de la présidentielle propose de revenir aux sources de la Cinquième République. Les valeurs revendiquées sont : l’esprit démocratique et l’affirmation du principe de souveraineté et d’identité.

En fait, la candidate d'extrême-droite développe une vision biaisée et contradictoire de notre régime pour au moins trois raisons : 

  • la révision constitutionnelle qu'elle préconise est mise au service d’une conception traditionnaliste et anti-universaliste de la Nation, contraire à notre tradition nationale, faite d’universalisme et d'héritage des Lumières ;
  • en donnant au législateur le pouvoir de nous délier de nos engagements internationaux, la stratégie du Front national entrainerait ce qu’il veut combattre : le déclin de la Nation France… et donc de sa souveraineté ;
  • en sur-interprétant la place et le rôle du référendum dans la boîte-à-outils constitutionnelle, le projet de la candidate d'extrême-droite le met au service d’un projet institutionnel populiste, exclusif (la Nation contre les Autres) et démagogique (le peuple a toujours raison et doit s’exprimer en permanence sur tout), encore une fois en rupture avec nos traditions nationales.

Pour lire la suite de la note, merci de la télécharger.

Télécharger la note (PDF, 160 ko)
Ajouter un commentaire