Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

La sécurité, talon d'Achille de Marine Le Pen

Lors d'un meeting hier à Marseille, Marine Le Pen a promis la "tolérance zéro". Pourtant, la sécurité est la grande absente de son programme pour 2012. En la matière, la candidate utilise les vieilles recettes et amalgames de l’extrême droite. Son projet ne comporte aucune proposition nouvelle et concrète pour lutter contre l’insécurité : la plupart des mesures ont déjà été mises en place depuis 2007 ou sont inapplicables, comme le révèle cette note de décryptage du programme de la candidate du Front national sur les questions de sécurité.

Synthèse

Aussi étonnant que cela puisse paraître, lors de la présentation, le 19 novembre 2011, de son programme pour l’élection présidentielle, Marine Le Pen n’a que très brièvement évoqué la question de la sécurité. Dans le verbatim du discours,le thème n’est abordé qu’une fois, au cours d’un paragraphe avare en propositions concrètes : « nos forces de l’ordre manquent de personnel et de matériel, ce dont elles manquent surtout, c’est de volonté, de consignes, c’est d’instructions claires ».

On pourrait penser qu’il s’agit d’un choix politique de la part de Marine Le Pen, destiné à rendre moins agressive la rhétorique frontiste. Mais quelques minutes après le discours, lors de la mise en ligne dudit programme, le volet « sécurité » - plus détaillé - comportait de très nombreuses coquilles, fautes d’orthographe et de français, qui tendent à prouver une certaine forme d’amateurisme, voire un malaise profond de la candidate du Front national sur le sujet.  

Les raisons de ce malaise sur un sujet sur lequel le Front national s’est répandu pendant plusieurs décennies méritent d’être étudiées attentivement.  

Premier constat : Marine Le Pen ne fait preuve d’aucune originalité vis-à-vis de son père tant sur son analyse que sur ses (rares) propositions.

Deuxième constat : Nicolas Sarkozy, en s’emparant dès 2002 de nombreux points du programme de l’extrême droite, a en effet piégé le Front national. Car, de fait, comment ce parti pourrait-il critiquer l’inefficacité d’une politique qu’il n’a eu de cesse de prôner ? L’étude exhaustive des « propositions » de la candidate du Front national s’avère particulièrement riche en enseignements.

Télécharger la note (PDF, 290 ko)
Ajouter un commentaire