Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

La vallée de la Drôme par les chiffres : portrait d'un territoire

Une idée paresseuse s’est installée dans le débat public, selon laquelle la géographie hexagonale opposerait des territoires urbains favorisés à des territoires ruraux délaissés. Qu’en est-il exactement quand on concentre l’observation sur un territoire rural comme la vallée de la Drôme ? C'est ce que nous avons voulu analyser dans cette note, publiée à l'occasion d'un débat sur le monde rural en mutations avec la Caisse des Dépôts dans la Biovallée de la Drôme auquel nous participons le 28 septembre 2019.

Synthèse

Une idée paresseuse s’est installée dans le débat public, selon laquelle la géographie hexagonale opposerait des territoires urbains favorisés à des territoires ruraux délaissés. Qu’en est-il exactement quand on concentre l’observation sur un territoire rural comme la vallée de la Drôme ?

Ce qui frappe, au premier abord, c’est le manque d’unité de cet espace regroupant 96 communes sur près de 100 km, qui n’est d’ailleurs pas exclusivement rural. Le long de la vallée creusée par la Drôme qui s’écoule d’est en ouest, on distingue rapidement trois sous-ensembles, qui présentent des profils originaux. En aval de la vallée, là où la Drôme va rejoindre le Rhône, on rencontre des espaces denses et bien équipés, marqués par le sillon rhodanien et la ville de Livron. Tout à l’opposé, en haut de vallée, on est dans une zone montagneuse qui présente des caractères opposés : une densité faible et peu d’équipements. Entre les deux, la vallée offre un caractère rural, avec des transversales animées par des ensembles d’activités plus variés autour de Die et de Crest.

Les zones les plus reculées de la vallée présentent les caractères attendus des territoires ruraux enclavés : vieillissement, isolement et manque d’accès aux services. Mais, dans d’autres zones, en particulier l’entrée de la vallée, dominent le renouveau démographique, l’attractivité et une grande mobilité. De l’entrée de la vallée aux limites des Préalpes, les données rassemblées ici montrent un dégradé progressif dont la logique se mesure souvent à la distance temporelle par rapport au sillon rhodanien. En d’autres termes, le rapport au territoire se construit en grande partie en fonction de la contrainte de mobilité, mesurée par le temps consommé par les déplacements.

Le deuxième trait qui ressort est le changement de profil économique de cette vallée, qui n’est plus exclusivement agricole. La vocation résidentielle et touristique des différents territoires prend en effet une importance plus marquée, avec des habitants dont le profil évolue, des besoins importants de mobilité mais aussi des formes d’isolement, d’exclusion et de pauvreté nouvelles. Le changement de profil économique accompagne aussi de nouvelles opportunités et des initiatives en matière agricole, énergétique et environnementale. Enfin, la vallée n’est pas fermée sur elle-même mais bénéficie d’échanges ouverts avec les vallées voisines et les villes avoisinantes au nord (Valence), à l’ouest (Privas), au sud (Montélimar) ou à l’est (Dieulefit).

La question sensible de l’accès aux services publics n’a, sans surprise, rien d’homogène. Le département de la Drôme se distingue même en présentant l’une des plus fortes disparités françaises entre le nombre de communes dont le temps d’accès aux équipements de la vie courante est faible (inférieur à 4,4 minutes) et celles dont le temps d’accès est élevé (supérieur à 21,6 minutes). La répartition des équipements le long de la vallée se traduit par des accès inégaux aux différents paniers d’équipement en fonction de la distance à l’entrée de la vallée. Néanmoins, la présence d’équipements à Crest et Die permet de limiter heureusement le temps de trajet, alors même qu’on s’éloigne du sillon rhodanien fortement équipé.

 

Télécharger la note (PDF, 5 Mo)
Ajouter un commentaire