Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Les faux semblants de la sécurité selon François Fillon

François Fillon se présente comme le candidat le mieux à même de protéger les Français. L'examen de son programme révèle des mesures clivantes difficilement applicables et des mesures consensuelles déjà appliquées, il ne traduit ni beaucoup de hauteur dans l’appréhension de ces enjeux ni une voie de réforme réaliste et efficace au service de la protection des Français

Synthèse

François Fillon a tendance à se présenter comme le candidat d’expérience le mieux à même de protéger les Français des menaces qui les guettent. Une analyse de ses propositions révèle au contraire un programme déséquilibré en faveur d‘une répression à l’efficacité douteuse, centré sur les moyens (juridiques et budgétaires) plutôt que sur les finalités, relativement centralisateur et, en définitive, très peu innovant. Nous suivrons ici les quatre axes principaux de son programme : « donner des moyens pour chaîne pénale efficace », « impunité zéro : rétablir l’autorité par la certitude de la sanction », « lutter de façon implacable contre le terrorisme et le totalitarisme islamique », « faire confiance aux maires pour gagner la bataille de la sécurité au quotidien et de la tranquillité publique »[1].

Plus de moyens : la quantité plutôt que la qualité

La première série de propositions concerne les moyens (« donner des moyens pour une chaîne pénale plus efficace ») et comprend trois propositions : une loi de programmation de 1 milliard d’euros sur la durée du quinquennat ; le recrutement de 5 000 agents et la remise sur le terrain de 5 000 policiers ou gendarmes ; la construction de 16 000 places de prisons.  

Commençons par souligner les hésitations, sinon les contradictions de François Fillon sur ces sujets : après avoir affirmé que la sécurité n’était pas une question de moyens dans son programme pour la primaire de la droite et du centre, et qu’il allait limiter drastiquement l’emploi public, il propose à présent d’augmenter des moyens… qu’il avait réduits en tant que Premier ministre ! Tant pour la création des places de prison que pour le recrutement de forces de l’ordre, son ambition actuelle se heurtera en outre à un problème de financement, d’autant plus aigu qu’il propose des coupes sévères dans les dépenses publiques (-100 milliards d'euros sur le quinquennat) et les effectifs des fonctions publiques[2].

Deuxième remarque : un certain flou entoure ces propositions. Il est question de 10 000 agents supplémentaires au service de notre sécurité. Mais seulement 5 000 d’entre eux seraient recrutés, tandis que les 5 000 restants seraient « remis sur le terrain ». Il y a sans doute des réserves de productivité dans la police et la gendarmerie, mais on aimerait que le candidat nous explique mieux comment il compte procéder. On ne remet pas sur le terrain 5 000 agents occupés à des tâches administratives par un coup de baguette magique. Où croit-il pouvoir trouver de telles marges ? Compte-t-il recruter des civils ? On ne le saura pas.  

On est surtout très étonné qu’un chapitre consacré à une « chaîne pénale plus efficace » ne contienne aucun élément de réflexion plus qualitative : comment assurer une meilleure relation police-justice sur le terrain[3] ? Ne faudrait-il pas réfléchir sur l’exécution des peines, essentielle pour réduire la récidive ? Les propositions semblent limiter les problèmes de la chaîne pénale à la seule question des moyens quand il y aurait besoin d’un pilote dans l’avion.

Pour lire la suite de la note, merci de la télécharger. 


[1] Il existe une 5ème série de propositions sur la sécurité civile, intéressantes d’ailleurs, mais qui ne renvoient pas aux questions de sécurité publique et délinquance.

[2] Voir Terra Nova, "Emplois publics : les mauvais comptes de François Fillon", avril 2017, http://tnova.fr/notes/emplois-publics-les-mauvais-comptes-de-francois-fillon

[3] Voir Jacques de Maillard, Adrien Maret, Matthieu Clouzeau , Virginie Malochet, Lanna Hollo, Terra Nova, novembre 2016 http://tnova.fr/rapports/police-et-population-pour-des-relations-de-confiance

Télécharger la note (PDF, 170 ko)
Ajouter un commentaire