Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Lettre ouverte aux « insoumi.e.s » qui hésitent à voter le 7 mai 2017

Une lettre ouverte à celles et ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon et qui hésitent à participer au second tour de l'élection présidentielle.

Synthèse

Il ne s’agit pas ici d’analyser les raisons de votre vote pour Jean-Luc Mélenchon et de chercher à parler à votre place. Une chose semble sûre cependant à vos yeux, et nous pouvons le comprendre. Le monde tel qu’il est comporte bien des raisons d’être en colère et de vouloir, d’une façon ou d’une autre, renverser la table : le péril écologique, les difficultés économiques et matérielles, les inégalités face à l’avenir, les dérives d’une partie de la classe politique qui s’accroche à ce vieux monde, quand elle ne s’en sert pas à des fins personnelles. Autant d’éléments qui peuvent inspirer de l’inquiétude, de l’impatience, de l’exaspération, voire du dégoût.

Aujourd’hui, la présence de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle n’est hélas pas une surprise. Pendant la campagne, l’idée même du vote « utile » a été contestée et critiquée. D’abord, parce que certains d’entre vous, qui avaient l’âge de voter en 2002, l’ont fait au second tour pour Jacques Chirac et ont pu mesurer le gâchis politique qui a suivi ce sursaut démocratique. Ensuite, parce que le vote utile pourrait ressembler au choix médiocre d’un moindre mal trop éloigné des causes, des préférences politiques, des élans et des choix partisans qui vous ont animé lors du premier tour. Enfin, ce vote serait l’idiot utile d’un système qui, toujours sur son dos, referait son union, et limiterait voire interdirait tout débat de fond au profit de sa propre reconduction. 

Ces perceptions ne peuvent cependant pas faire oublier qu’en fonction des reports de voix et de l'abstention différentielle, la probabilité d'une victoire de Marine Le Pen est loin d'être nulle. Il ne s’agit pas d'agiter cette menace comme un chiffon rouge pour disqualifier ceux qui, parmi vous, hésiteraient à voter lors du second tour, mais bien d’examiner les conséquences possibles de cette abstention. 

Pour lire la suite, merci de télécharger la note

Télécharger la note (PDF, 150 ko)
Ajouter un commentaire