Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Médecine de ville : le pari de la jeunesse

Bientôt majoritaires dans le corps médical, les jeunes médecins ne bénéficient pas aujourd'hui d’une véritable représentation dans les lieux de négociation et de décision sur la politique de santé. Or ce sont bien les jeunes que l’on mobilise dès qu’il s’agit d’instituer un rapport de force avec les pouvoirs publics ; eux à qui l’on pense lorsque sont imaginées des solutions pour apaiser les maux de notre système de santé (déserts médicaux notamment). La présente note, élaborée en concertation avec des organismes de jeunes professionnels de santé, ouvre des perspectives pour donner aux nouvelles générations de médecins les moyens d’agir. C’est indispensable si l’on tient à enrayer la baisse du temps médical disponible dans un contexte où les besoins de santé ne cessent d’augmenter.

Synthèse

Bientôt majoritaires dans le corps médical, les jeunes médecins ne bénéficient pas aujourd'hui d’une véritable représentation dans les lieux de négociation et de décision sur la politique de santé. En effet, le processus électoral qui définit les interlocuteurs légitimes des pouvoirs publics tend à les exclure de la représentation collective. Les futurs médecins (étudiants, internes, chefs de clinique) sont de facto écartés des négociations conventionnelles car leurs débuts de carrière ne ressemblent pas à ceux de leurs aînés. Pourtant, certains s’installeront avant la signature d’une nouvelle convention, qui s'appliquera à leur activité, sans que les nouveaux arrivants aient pu se prononcer à son sujet. Quant aux nouveaux inscrits à l’Ordre, ils en sont écartés, faute pour eux, dans leur immense majorité, d’exercer une activité libérale à titre principal ou, si tel est le cas, de l’être sous le statut de remplaçants. Or ce sont bien les jeunes que l’on mobilise dès qu’il s’agit d’instituer un rapport de force avec les pouvoirs publics ; eux à qui l’on pense lorsque sont imaginées des solutions pour apaiser les maux de notre système de santé (déserts médicaux
notamment). La présente note ouvre des perspectives pour donner aux nouvelles générations de médecins les moyens d’agir. C’est indispensable si l’on tient à enrayer la baisse du temps médical disponible dans un contexte où les besoins de santé ne cessent d’augmenter.

Pouvoirs publics, acteurs privés, il est grand temps de garantir aux nouvelles générations de professionnels de santé le cadre de travail auquel ils aspirent, le bon accompagnement : exercice regroupé, concentration sur la pratique médicale grâce à une autre répartition des tâches entre les professionnels de santé, travail avec les pairs, développement des maisons de santé pluri-professionnelles et aménagement des formes sociétaires. En favorisant un exercice de la médecine plus conforme aux aspirations des jeunes générations, on peut reconnaître la diversité des modèles de carrière pour relever les défis de notre système de santé et mieux répondre aux besoins des patients.

Télécharger la note (PDF, 1,8 Mo)
Ajouter un commentaire