Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Responsabilités et contraintes du déconfinement. Comment adapter notre dispositif de suivi de l'épidémie ?

La surveillance épidémiologique repose par nature sur la collecte, le traitement et l’interprétation de données particulièrement sensibles – les données personnelles de santé. Si elle concourt au bien commun et à la protection de la santé publique de façon décisive, la surveillance épidémiologique est donc aussi une activité sensible du point de vue des droits individuels ; les principes du respect de la vie privée, du secret médical, de la confidentialité des données, du consentement à leur traitement, bordent nécessairement les procédures de collecte et de traitement qui sont élaborées par les autorités.

Synthèse

La loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire promulguée le 11 mai et publiée le 12 mai instaure par son article 11 un dispositif de surveillance épidémiologique destiné à soutenir la stratégie de déconfinement du gouvernement. Dans la triade « protéger-tester-isoler », ce dispositif est présenté comme l’outil central permettant à la fois de mieux comptabiliser le nombre de cas, de mieux repérer d’éventuels foyers de contaminations, et de mieux protéger les personnes exposées à la contagion, par des enquêtes de contact tracing autour des cas dépistés.

Le dispositif visé par cet article 11 organise la surveillance épidémiologique. Quelle amélioration apporte-t-il par rapport aux conditions précédentes de suivi de l’épidémie ?

Télécharger la note (PDF, 1,3 Mo)
Ajouter un commentaire