Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Sécurité : après dix d’agitation, un domaine à rebâtir

À la suite des tueries de Toulouse et Montauban, Nicolas Sarkozy a annoncé trois nouvelles mesures pour réprimer "l'apologie du terrorisme", fidèle à son habitude de faire de la loi un instrument de communication médiatique en se saisissant de l'actualité. Cette nouvelle annonce renvoie le président candidat, ancien ministre de l'Intérieur, à son bilan en matière de sécurité. Dans ce domaine, l'autosatisfaction du chef de l’État masque difficilement les ravages causés par la culture du chiffre et la frénésie législative. Dans le cadre du dépôt de bilan de Nicolas Sarkozy, Terra Nova propose son bilan complet sur la sécurité, et republie à cette occasion le rapport de Valérie Sagant, Benoist Hurel et Eric Plouvier "L'imposture, dix années de politique de sécurité de Nicolas Sarkozy", préfacé par Robert Badinter.

Synthèse

Depuis 2002, Nicolas Sarkozy vante un bilan mirifique dans le domaine de la sécurité, au point d’en avoir fait sa marque de fabrique. Même si l’UMP se targue de centaines de milliers de « victimes évitées », le résultat de Nicolas Sarkozy relève d’une autosatisfaction arrogante, voire d’une supercherie flagrante. Au coeur du système se trouve la nécessité pour le pouvoir politique de présenter « de bons chiffres » de délinquance en baisse. De cette obligation déclinée sur l’ensemble des troupes jusqu’à l’échelon le plus bas, et qui a largement atteint la justice pénale, découlent des adaptations de comportement aux demandes de leur hiérarchie qui délaissent les enjeux locaux au profit, selon l’expression consacrée, de « l’affichage ». Communication multiforme, manipulations avérées se lient à la frénésie législative dans un résultat loin des attentes espérées, et qui désespère les forces de l’ordre. Touché depuis dix ans par le sarkozisme, le domaine de la sécurité sera un des plus durs à redresser tant le sens de la mesure et de la réalité y a été perdu.

Télécharger la note (PDF, 420 ko)
Ajouter un commentaire