Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Etudes supérieures : rythmes subis, rythmes choisis

Un nombre croissant d'étudiants se trouvent en décalage avec les rythmes théoriques de l'université. Elle ne tient pas compte du fait que, pour presque la moitié d'entre eux, ils travaillent en même temps qu'ils mènent leurs études. Elle les prive en outre de la possibilité de mûrir leur choix d'orientation, de varier leurs parcours, de bifurquer si leurs choix ne sont pas assez assurés. Terra Nova propose dans ce rapport, une réorganisation des temps universitaires. Il faut reprendre la question des rythmes universitaires à toutes les échelles de temps : la journée, la semaine, le semestre, le cycle et la vie entière (formation tout au long de la vie).

Synthèse

Le parcours de nos étudiants dans l'enseignement supérieur est censé se dérouler de manière homogène, linéaire et concentrée. L'organisation de l'université est prévue pour un profil type d'étudiant à plein temps dont les apprentissages avancent rapidement en suivant un calendrier très resserré entre 18 et 23 ans. Or, ce profil ne représente plus, loin s'en faut, la norme hégémonique. En effet, un nombre croissant d'étudiants se trouvent en décalage avec les rythmes théoriques de l'institution. Celle-ci ne tient pas compte du fait que, pour presque la moitié d'entre eux, ils travaillent en même temps qu'ils mènent leurs études. Elle les prive en outre de la possibilité de mûrir leur choix d'orientation, de varier leurs parcours, de bifurquer si leurs choix ne sont pas assez assurés.

Les universités ne sont pas organisées de manière à faire face à cette réalité. Résultat : peu d'étudiants mènent leur cursus dans les temps théoriquement prévus pour cela. Seuls 27% des étudiants qui achèvent leur licence l'ont fait dans les trois ans prévus par les maquettes. Ce n'est pas seulement une question de « niveau » ou de « réussite » mais aussi d'organisation des temps universitaires. C'est pourquoi, nous proposons ici de reprendre la question des rythmes universitaires à toutes les échelles de temps : la journée, la semaine, le semestre, le cycle et la vie entière (formation tout au long de la vie). Sans grande réforme législative chamboulant l'ensemble de notre système d'enseignement supérieur, il est possible d'introduire plus de souplesse dans l'organisation des cours et des examens, par la modularisation effective des unités d'enseignement et un système de validation des cycles d'étude repensé. Mais ceci ne pourra se faire que si les universités mettent en place de véritables contrats pédagogiques avec chaque étudiant et, d'autre part, si elles trouvent leur place dans les dispositifs de formation tout au long de la vie.   

 

Télécharger le rapport (PDF, 590 ko)
Ajouter un commentaire