Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

L'Esprit Public avec Thierry Pech : combien d’Europe(s) ? / Donald Trump change-t-il le monde ?

L'Esprit Public spécial élections européennes n public du Théâtre de l'Odéon avec la philosophe Monique Canto-Sperber, l'ancien eurodéputé Daniel Cohn Bendit, l'essayiste Philippe Manière et le directeur du think tank Terra Nova Thierry Pech le 11 mai.

Première partie : Campagne électorale : combien d’Europe(s) ?

7 listes semblaient d’après les sondages susceptibles d’obtenir des élus : La République En Marche / Rassemblement National / Les Républicains/ Europe Ecologie les VERTS/ France Insoumise/ Parti Socialiste/ Debout la France. Une nouvelle version européenne donc du jeu des 7 familles, et quelques cousinages…

Il y avait tout d’abord des consensus : ces 7 listes faisaient toutes le constat d’une Europe imparfaite mais sans vouloir non plus en sortir. Le Brexit avait tué les velleitésde Frexit. Autres sujets consensuels : tous voulaient mettre de l’ordre dans la concurrence entre états, revenir par exemple sur les travailleurs détachés, Consensus aussi pour assumer un certain protectionnisme afin de mieux protéger le marché européen contre les concurrences chinoises et américaines. Un jeu des 7 familles où plus personne non plus ne prononçait le mot tabou de « fédéralisme ».

Il y avait au fond un grand clivage, central : Ceux qui voulaient aller plus loin dans l’aventure européenne en allant aussi plus loin dans sa démocratisation : les Marcheurs les Verts les socialistes qui rêvaient de donner davantage de pouvoir au Parlement notamment dans le domaine fiscal, revenir sur le principe de l’unanimité, ou rendre effectives les sanctions contre la Hongrie ou la Pologne sur le terrain des valeurs démocratiques. A l’inverse, le RN comme Debout la France entendaient mettre fin au principe de supériorité du droit européen sur les droits nationaux, la FI de son coté voulant permettre aux parlements nationaux d’opposer des « cartons rouges » aux décisions européennes. Enfin c’était aussi sur les questions d’immigration et de politique étrangère et de défense que l’on entendait les divergences, le RN et Debout la France voulaient le rétablissement définitif des frontières nationales, comme les Républicains mais eux  c’était à titre provisoire. Les Marcheurs insistant eux sur le renforcement des frontières extérieures.

Marcheurs et Républicains qui se retrouvaient en revanche  sur l’idée d’une Défense européenne, ce que refusait farouchement le programme des Insoumis souhaitant je cite « relancer les négociations pour le renouvellement du partenariat stratégique……avec la Russie » !!! En attendant, les maires de France eux, étaient confrontés à une vraie grande difficulté pour ces Européennes : 34 listes : cela prenait beaucoup trop de place sur les panneaux électoraux !

Deuxième partie : Donald Trump change-t-il le monde ?

L’un de nos visiteurs du dimanche, l’économiste Daniel Cohen avait eu cette semaine dans L’Obs une révélation :  Et si la série Game of throne, succès mondial qui depuis 7 saisons racontait des rois ivres de pouvoir s’assassinant les uns les autres sur fond de dérèglement climatique était une parabole du monde selon Trump ?

Cette semaine encore, Trump avait sévi, à coup de grosses signatures nerveusement tracées en lettres d’or sur des parapheurs tournés vers les caméras, et de salves de tweets matinaux. Nouvelle hausse des droits américains sur les produits chinois, déploiement au Moyen Orient du porte avions américain accompagné d’une task force aérienne pour envoyer un message clair à l’Iran, sans oublier la menace d’une intervention militaire des Etats Unis mercredi contre le régime vénézuélien de Nicolas Maduro, le tout sur fond de succès économiques insolents, avec une croissance de 3,2% au premier trimestre, soit beaucoup mieux que les 2,5 attendus et des entreprises américaines qui n’en finissaient plus d’annoncer de bons résultats financiers.

Une Amérique hystérisée par ces annonces permanentes et fracassantes dont on se demandait ce qu’elle imprimait comme empreinte profonde à une époque déjà chamboulée :

En politique comme en géopolitique, Donald Trump était il en train de changer le monde ?

Ajouter un commentaire