Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Le sommeil est un enjeu économique

Le Dr Jean-Pierre Giordanella, médecin en santé publique, décrypte les causes des troubles du sommeil, qui touchent 62% de Français.

 Dr Jean-Pierre Giordanella, médecin en santé publique, est co-auteur du rapport du think tank "Terra nova" : "Retrouver le sommeil : une affaire publique".  

Le sommeil est le dernier facteur de croissance à conquérir, dénoncez-vous dans ce rapport, comme l’a fait avant vous l’essayiste américain Jonathan Crary (1). Comment notre repos est-il devenu un enjeu économique ?

-  Il y a dix ans, j’avais déjà rédigé un rapport sur le sommeil, mais il était à l’époque très médico-centré. Depuis, la société a beaucoup évolué : le travail de nuit s’est banalisé, les zones urbaines se sont étendues, les tablettes et autres écrans ont envahi nos foyers. Les petits commerces type "Daily Monop’" ouvrent tard le soir, ce qui rallonge d’autant plus les journées. Ce n’est plus seulement parce que l’individu a de mauvaises habitudes qu’il dort mal, c’est aussi parce que le cadre est délétère.

Le sommeil est aussi convoité par nos politiques…

 

- Les grandes villes européennes rêvent toutes de devenir des "capitales de la nuit". Paris, Ville Lumière, se veut désormais Ville-Monde. On construit de plus en plus d’hôtels, on crée des zones piétonnes propices à la fête, sans jamais penser au repos des habitants. Chaque soir, il y a 360 événements organisés à Paris. Bertrand Delanoë, l’ancien maire, a ainsi déclaré : "Si vous souhaitez dormir, allez vivre à Rodez !" Avant que la place de la République ne soit occupée par "Nuit debout", le jeune homme qui se présente comme le "maire de la nuit" se demandait comment en faire un endroit vivant la nuit. Mais ne peut-on pas juste dormir à ce moment-là ?

Est-ce essentiellement un problème urbain ?

- Non. L’organisation sociale est en cause. Tout le monde a des raisons d’être fatigué et de mal dormir : celui qui cherche un emploi, le cadre qui regarde ses mails tard le soir sur son téléphone pour prendre de l’avance sur le lendemain, l’infirmière qui s’occupe de ses enfants la journée alors qu’elle a travaillé toute la nuit. Le travail de nuit dans les transports, les hôpitaux… s’est développé sans que les temps de récupération soient bien respectés. Lorsqu’on dort le jour, le sommeil est de plus mauvaise qualité parce qu’on se réveille fréquemment. Ceux qui font les "trois huit" sont complètement détraqués.Au bureau, certaines réunions se tiennent à 19h, alors que le temps de travail pourrait être réparti autrement. Les jeunes aussi sont très touchés. Je travaille à l’hôpital avec des enfants obèses. Ils me racontent qu’ils se mettent au lit à 22h mais qu’ensuite, ils veillent jusqu’à deux heures du matin devant leurs écrans. Le sentiment de fatigue a beau être gommé par leur jeunesse, les soucis de santé sont quand même là. Ces enfants mangent plus de sucre et font moins de sport parce qu'ils sont trop fatigués.

Que faire pour que les Français retrouvent le sommeil ?

- Réaffirmer, pour commencer, la différence fondamentale entre le jour et la nuit. "Bien dormir" devrait être un message de santé publique au même titre que "Bien manger". Il faut arrêter de poser un regard délétère sur ceux qui ont besoin de repos. Si un salarié fait un quart d’heure de sieste pour mieux redémarrer, où est le problème ? L’organisation du travail ne doit pas se résumer à du taylorisme aveugle. Chacun doit aussi mettre de l’ordre dans ses comportements : ne plus s’endormir avec la télé, éduquer ses enfants au repos, en les tenant éloignés des tablettes…

L’autre recommandation est de réduire drastiquement la prescription de somnifères. Dans la majorité des cas, le diagnostic de l’insomnie n’est pas correctement posé, alors les médecins, généralistes pour la plupart, donnent à la volée ces médicaments qui entraînent des problèmes d’accoutumance, de dépendance et de somnolence. Nous sommes le deuxième plus gros consommateur de benzodiazépines (anxiolytiques) en Europe, juste derrière le Portugal. Il faudrait une campagne type "Les hypnotiques, c’est pas automatique". Nous préconisons également un enseignement transversal sur le sommeil en fac de médecine. En détectant les apnées du sommeil, les cardiologues arrivent par exemple à réduire les problèmes cardiaques.

Propos recueillis par Bérénice Rocfort-Giovanni

 (1)  Auteur de  "24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil"  (Ed. Zones, 2014)

Ajouter un commentaire