Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Police et citoyens : pourquoi le divorce persiste

Un rapport du think tank Terra Nova appelle à rétablir des relations de confiance entre la police et la population. En creux, il dresse un bilan négatif de la gauche au pouvoir.

Police et citoyens : pourquoi le divorce persiste

par Julia Pascual

Alors que les policiers continuent de manifester leur ras-le-bol, malgré un plan d’aide gouvernemental, deux publications, parues mercredi 2 novembre, rappellent qu’en France, la police souffre d’un important déficit de légitimité auprès de la population. Et que le quinquennat actuel n’a pas permis d’avancée majeure en la matière.

Dans un rapport intitulé « Police et population : pour des relations de confiance », le think tank de gauche Terra Nova formule un certain nombre de préconisations qui, en creux, dessinent le bilan peu flatteur de l’actuelle majorité. Le même jour, le chercheur Sebastian Roché publie De la police en démocratie (Grasset, 384 p., 22 euros), un livre qui ne dit pas autre chose : « La gauche est arrivée au pouvoir et a semblé vouloir dire que l’égalité devant la police et la qualité du service étaient des enjeux, mais à l’arrivée, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent », observe l’auteur.

Un constat renforcé à l’heure où le malaise policier s’est exprimé avec force, et où les solutions ministérielles – faites de promesses de matériels et de réforme de la légitime défense – font justement l’impasse sur la question du rapport entre la police française et les citoyens.

« Profession en crise »

Or, « relations difficiles entre police et public et malaise policier sont, dans une certaine mesure, deux facettes d’un même problème », considère Terra Nova. Car la confiance que les citoyens accordent à la police conditionne sa légitimité et, par conséquent, son efficacité : « Une police légitime, c’est une police qui se fait plus facilement obéir. »

Le politique n’est pas seul responsable de cet angle mort. Les syndicats et les policiers eux-mêmes ont du mal à s’emparer du sujet : « Les policiers sont davantage sur une demande d’autorité et de respect », concède Philippe Capon, de l’UNSA-Police, troisième syndicat chez les gardiens de la paix.

« On a une profession en crise, qui fait face à des problèmes sociaux majeurs, comme le terrorisme, un maintien de l’ordre chahuté ou encore des situations de violence urbaine, mais qui du coup est tentée de se replier sur elle-même, tandis que le politique est avant tout dans une position de réaction à la crise… mais sans porter de projet véritable », complète Jacques de Maillard, qui a piloté la rédaction du rapport de Terra Nova, également directeur adjoint du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip). « Il faut réfléchir de façon plus forte à la place du policier dans la société », estime-t-il.

L’arrivée de la gauche au pouvoir avait auguré des initiatives en la matière, avec l’organisation d’assises de la formation, la création d’un code de déontologie de la sécurité intérieure, l’instauration du port du matricule… Mais, constate Jacques de Maillard, l’élan est retombé, « le gouvernement a été pris par une actualité – les attentats terroristes – qu’il n’a pas maîtrisée et s’il y a eu des changements, ils n’ont pas été majeurs ».

En outre, le quinquennat a rapidement acté un renoncement notoire : celui de la mise en place d’un récépissé de contrôle d’identité pour lutter contre les pratiques discriminatoires. Une promesse du candidat Hollande, très impopulaire au sein des effectifs, rapidement enterrée par Manuel Valls. ministre de l’intérieur jusqu’en mars 2014, « il a réduit sa tâche, comme nombre de ses prédécesseurs, à celle de premier flic de France », tranche Sebastian Roché dans son ouvrage.

Les contrôles d’identité continuent pourtant de « miner la relation des citoyens à la police », constate Terra Nova, qui remet à l’ordre du jour l’instauration d’un récépissé, pour encourager le policier « à faire preuve de plus de discernement » et permettre une mesure objective de cette pratique.

Manque d’impartialité

Aujourd’hui concentrés dans certaines zones (quartiers populaires) et sur certaines catégories de population (jeunes hommes issus de l’immigration), peu utiles à la découverte d’infractions, les contrôles alimentent des niveaux de défiance très élevés.

Cette pratique, particulièrement usitée en France, incarne ce que Sebastian Roché qualifie d’« infirmité relationnelle » : « Les agents abordent l’interaction comme une confrontation, ils attendent que les personnes se plient devant eux (…) Le contrôle d’identité est alors un moyen de corriger toute indocilité plus que de résoudre une affaire ou traiter un problème. »

A l’arrivée, les policiers français souffrent de jugements plus sévères que leurs voisins européens. Selon l’enquête sociale européenne de 2010-2011 : 35 % des Français pensent, d’après leur expérience, que la police traite sans aucun respect le public auquel elle a à faire. Un taux inférieur à celui observé en Russie et en Ukraine, mais supérieur à celui observé dans les autres pays d’Europe occidentale (8 % en Espagne, 15,9 % en Angleterre). « Ils sont perçus comme moins impartiaux, moins respectueux, et le public leur fait moins confiance. Mais les policiers français sont aussi ceux qui, en Europe, font le moins confiance à la population », rappelle Terra Nova.

Un constat que les policiers appréhendent difficilement. Sur la question des contrôles d’identité, « le policier voit assez peu leurs effets négatifs. Le sentiment qu’ils sont trop concentrés ou non justifiés par la situation est, par exemple, assez peu appréhendé », pense Jacques de Maillard.

Pour Christophe Rouget, du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure, « ce n’est pas franchement un sujet. Il y a une tension dans certains quartiers, mais le reste de la population n’est pas en demande là-dessus ». Les policiers veulent conserver « des outils efficaces, abonde Céline Berthon, du Syndicat des commissaires de la police nationale. Le débat peut évoluer sainement, mais en sortant des caricatures, et en conservant des outils de contrôle de l’espace public ».

Au-delà de la question stricte des contrôles, Terra Nova formule une série de préconisations en faveur d’une police « de contact »« plus en phase avec les attentes de la population ». Il part du postulat que « la police n’est pas dans nos sociétés qu’une organisation qui lutte contre la criminalité » et que ses missions peuvent englober les « problèmes de basse intensité » à travers un « mode de régulation plus souple, plus informel dans une logique d’apaisement des tensions ».

Pour permettre ce recentrage, Terra Nova appelle à délester les effectifs de certaines tâches annexes et remet en cause la mobilisation des services sur la lutte contre l’usage de certains stupéfiants ou les infractions à la législation sur les étrangers, « dont l’impact sur la tranquillité publique est mineur/discutable et dont les effets en matière de reconduite à la frontière sont pour le moins limités ».

« Accumulation des priorités »

Pour valoriser le policier en tenue, le think tank propose d’augmenter sa visibilité et son accessibilité en le faisant davantage patrouiller à pied, en lui permettant d’arborer son nom sur son uniforme pour « humaniser » la relation au public, en l’incitant à nouer des relations avec des partenaires (collectivités, bailleurs sociaux, établissements scolaires…).

Sur le plan de la formation, les auteurs du rapport encouragent à « valoriser les compétences relationnelles » en travaillant, par exemple, sur la capacité à « expliquer sa décision aux citoyens » et la « résolution des problèmes » sur la base de cas concrets. Puis, dans l’exercice quotidien du métier, en développant des indicateurs de confiance et de qualité du service et des moyens de valoriser les actions de prévention.

Au fil des propositions, c’est une doctrine nouvelle que dessine Terra Nova alors que, dans son livre, Sebastian Roché rappelle que « la dernière fois qu’une doctrine de police a été rédigée, c’est en 2000 (…), il s’agissait de la doctrine de police de proximité ».
Un état des lieux sévère que les syndicats de policiers ne démentent pas : « En termes de missions, on a davantage été dans l’accumulation des priorités, la sécurité routière, la lutte contre la dégradation des biens privées, l’économie souterraine, le terrorisme… », confirme Céline Berthon.

L’arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l’intérieur avait auguré le passage à « une police du chiffre et de répression, complète Philippe Capon. Aujourd’hui, un bon policier est un policier qui verbalise. Or, en poussant cette logique à outrance, vous vous coupez de la population ». Le quinquennat socialiste ne s’est donc pas tout à fait départi de cet héritage. « La police de sécurité publique est toujours en quête de sens, croit Christophe Rouget. Mais avec la politisation de l’enjeu sécuritaire, on a du mal à se poser pour retrouver ce sens. »

 

Ajouter un commentaire