Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Sondage Ipsos-Steria pour Le Monde, le Cevipof et Terra Nova - Elections européennes 2014 - Baromètre quotidien d’intentions de vote - 23 mai

A deux jours des élections européennes, Terra Nova vous livre les dernières estimations des intentions de vote telles qu'elles apparaissent dans le sondage quotidien que nous avons mis en place avec nos partenaires : Ipsos-Steria, Le Monde et le Cevipof.

Synthèse

Entre le 16 et le 23 mai, les intentions de vote restent stables pour deux partis :

 

  • le FN (24%)
  • le PS (17,5%)

L'UMP enregistre en revanche la baisse la plus significative depuis le début de ce baromètre (le mercredi 14 mai), passant de 23% à 21% ce vendredi 23 mai.

Au total, l'écart tend à se creuser entre le FN et l'UMP.

EELV, le Front de gauche et le Modem, après avoir tous baissé autour du 16 mai, remontent : 9,5% pour le Modem, 9% pour EELV et 8,5% pour le Front de Gauche.

Vote de soutien ou d'opposition au gouvernement ?

Une partie croissante des sondés découple cette question de leurs intentions de vote aux élections européennes (54% le 16 mai, 59% le 23 mai). Une nette majorité d'entre eux ne votera ni pour soutenir le gouvernement, ni pour s'y opposer. Cependant, un tiers d'entre eux iront voter pour manifester leur opposition au Président de la République et au Gouvernement, et 8% se déplaceront au contraire pour manifester leur soutien.

Pour 40% des Français, l'appartenance de la France à l'UE est une bonne chose. 22% pensent le contraire.

Enfin, pour la majorité des Français (52%), dans le contexte actuel de crise économique, l'appartenance de la France de l'UE a plutôt tendance à aggraver les effets de la crise sur les Français, ce qui constitue une baisse de deux points par rapport à la semaine dernière. 25% pensent au contraire que le fait d'appartenir à l'UE protège les Français de la crise.

Module complémentaire

Ce qui paraît le plus important aux yeux des Français, à la fois pour l'Europe et pour eux-mêmes :

Au yeux des Français, la hiérarchie des préoccupations diffère quand on les interroge par rapport à leur propre situation ou par rapport à l'Europe. En effet, pour eux-mêmes, la question qui les préoccupe le plus est le pouvoir d'achat (31%) puis le chômage et la question des retraites. Alors qu'ils considèrent que la question prioritaire pour l'UE est ù (24%), devant le chômage et le pouvoir d'achat.

Opinion sur l'Europe et euroscepticisme : l'Europe représente la paix et la justice, l'Euro est une bonne chose... mais l'Europe doit protéger et la France doit pouvoir peser davantage.

En une semaine, la proportion de sondés qui se sentent plus français qu'européen a baissé (de 46 à 40%). 35% des Français se sentent autant français qu'européens : c'est 3 points de plus qu'il y a une semaine.

Enfin, certaines idées emportent l'adhésion d'une majorité de Français :

  • Avant tout, 71% des sondés estiment que l'Union européenne est une garantie pour la paix et la justice en Europe (48% plutôt d'accord et 20% tout à fait d'accord)
  • Sur le principe, la monnaie unique (l'Euro) est une bonne idée pour les Français (73%) . Seuls 28% des Français souhaitent que la France sorte de la zone Euro et repasse au Franc. 72% d'entre eux veulent qu'elle y reste.

Cependant les Français (83%) estiment que l'Union européenne ne protège pas assez ses intérêts économiques et commerciaux.

Tous partis confondus, 67% des Français pensent qu'il faut renforcer les pouvoirs de décision de notre pays même si cela doit conduire à limiter ceux de l’Europe.

Retrouvez ici le commentaire de Thierry Pech paru dans Le Monde le 23 mai, Les Français veulent sortir de la crise sans abandonner l'euro.

Télécharger le sondage (PDF, 1,3 Mo)
Ajouter un commentaire