Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi 'informatique et libertés' du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant...

Logo

Palestine à l'ONU : un statut d’État non membre suffit-il ?

Compte-Rendu Vidéo - Débat "Poings de vue" : « Palestine à l'ONU : un statut d’État non membre suffit-il ?».

Le 5 décembre 2012, Terra Nova en partenariat avec la Bellevilloise accueillait lors d'un débat sur le statut de la Palestine :

  • Hael Al Fahoum, Ambassadeur et Chef de la Mission de Palestine en France
  • Pascal Boniface, directeur de l’IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques)
  • David Elkaïm, membre du bureau de J Call France
  • Beligh Nabli, Maître de conférences à Sciences Po.

Retrouvez ici la vidéo du débat animé par William Leday, coordinateur du pôle "Affaires étrangères" de Terra Nova.

Il y a près d’un an, l’Autorité palestinienne par l’intermédiaire de son président, Mahmoud Abbas, a présenté au Secrétaire général Ban Ki-moon la demande d’adhésion de l’« Etat palestinien », comme membre à part entière des Nations unies « sur la base des lignes du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale ». Transmise au Conseil de sécurité, l’organe décisionnel en la matière, la demande palestinienne s’est ainsi heurtée à l’absence de la majorité requise.

Le 29 novembre, le Président de l’Autorité palestinienne reformulera sa demande, sous la forme d’un simple statut d’Etat non membre aux Nations Unies - un statut avec les droits de participation limités qui s’y attache – dont la reconnaissance ne requiert qu’une majorité simple de l’Assemblée générale des Nations unies. Un seuil largement accessible au regard du nombre de pays qui ont déjà reconnu l’Etat palestinien depuis la déclaration de son indépendance, le 15 novembre 1988, à Alger par le Conseil national palestinien.

Quelles sont les conditions de la mise en œuvre de cette demande ? Pour trouver une solution durable au règlement du conflit, peut-on faire l’économie de l’impératif d’une solution concertée avec Israël ? Le président de la République François Hollande s’est engagé dans son programme présidentiel à soutenir « la reconnaissance internationale de l’Etat palestinien ». Comment la France peut-elle apporter sa pierre à l’édifice ?

Ajouter un commentaire