Aller au contenu de la page
Étude

La crise en Crimée : Pourquoi ? Que faire ?

La note de Jean-Robert Jouanny, spécialiste du monde postsoviétique, analyse les origines de la crise ukrainienne, « conflit gelé » à l’éclosion violente, et cherche à comprendre l’attitude russe et les possibilités de réponses occidentales, afin d’élaborer les perspectives d’une sortie de crise.
Par
  • Jean-Robert Jouanny
Publié le 

La crise de Crimée n’est peut-être pas à interpréter sous le prisme de la guerre froide. Bien au contraire, elle préfigure le dernier des « conflits gelés », ces sécessionnismes soutenus par Moscou qui ont éclos à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique. Vu de Moscou, l’Ukraine revêt une signification identitaire, économique et stratégique bien trop importante pour que le pays échappe à son « étranger proche ». Pour la Russie, il s’agit donc d’empêcher l’arrimage de l’Ukraine aux institutions euro-atlantiques. Le levier des « compatriotes », traditionnellement sollicité par Moscou dans l’instrumentalisation des « conflits gelés », a donc été actionné. La présence de populations russes en Crimée et à l’Est de l’Ukraine conférerait en effet à Moscou un droit de regard naturel sur les évolutions politiques du pays. Pour autant, rien n’indique à ce stade que la Russie souhaite réellement un rattachement de la Crimée. En effet, la presse russe observe que l’intégration de la péninsule coûterait au budget fédéral près de 3 Mds de dollars par an jusqu’en 2025. Par ailleurs, une Crimée russe ne permettrait pas de peser sur les orientations politiques décidées à Kiev. Un gel de la situation est donc envisageable et ce quel que soit le résultat du référendum organisé le 16 mars.

Dans ce cadre, quelle doit être la position occidentale ? La négociation semble devoir être privilégiée aux sanctions. Les marchés russes sont par ailleurs sujets à une telle volatilité que des sanctions financières de fait sont déjà à l’œuvre. A ce stade, l’OSCE semble devoir être l’instance la plus indiquée pour fournir le cadre d’une négociation. Elle est certes régulièrement critiquée par les Russes mais c’est la seule organisation régionale qui réunisse diplomates russes et occidentaux dans un cadre institutionnalisé. Au sein de l’OSCE, un groupe de contact pourrait être envisageable associant France, Allemagne et Grande-Bretagne. Malgré son implication dans la médiation du 21 février et son indispensable connaissance de la zone, la Pologne ne semble plus réunir les garanties d’impartialité nécessaires à l’exercice d’une médiation, notamment après l’invocation de l’article 4 du traité de l’OTAN. Le groupe de contact pourrait travailler simultanément sur trois corbeilles : Ukraine, Crimée, Russie-Ukraine. D’ici aux élections présidentielles du 25 mai, qui doivent constituer le premier jalon du processus de normalisation, il s’agirait tout d’abord d’offrir des garanties aux russophones ukrainiens quant aux intentions du gouvernement intérimaire. Celui-ci pourrait s’engager par un « contrat de gouvernement » sur son programme politique d’ici aux élections et sur la protection offerte aux minorités du pays. Deux rapporteurs pourraient par ailleurs être nommés, l’un enquêtant sur les événements troubles de la fin février, l’autre sur la situation des droits des minorités régionales et linguistiques en Ukraine.

Parallèlement, une « feuille de route » pourrait être agréée  à Simféropol, parrainée par le groupe de contact. Elle permettrait de formaliser l’engagement des autorités de la République Autonome à ne pas recourir à la force, à négocier avec Kiev dans le cadre des dispositions constitutionnelles ukrainiennes le statut administratif dont elle souhaite bénéficier et à protéger l’ensemble des minorités de la péninsule, dont la minorité tatare.

En troisième lieu, et au vu du « contrat de gouvernement » de Kiev et de la « feuille de route » de Simféropol, les parties russes et ukrainiennes pourraient être invitées à établir les modalités de leur nouvelle relation bilatérale. Il s’agirait, en particulier, d’amener Moscou à s’engager à reconnaître la légitimité des autorités telles qu’elles seront issues des élections du 25 mai, et Kiev à accepter le principe d’une négociation avec Simféropol sur le statut de la République Autonome de Crimée.

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie