Aller au contenu de la page
La grande conversation 2022

Alerte rouge sur le pouvoir d’achat

Pour ce nouveau rendez-vous de la communauté, nous avons souhaité donner la parole aux citoyens sur leurs envies, leurs attentes, leurs souhaits pour l’après-présidentielle, comme une page blanche qu’on leur demanderait d’écrire. Pour ce faire, ils ont été réunis par niveau socio-économique (groupe de CSP– ; groupe de CSP= et groupes de CSP+).
Publié le 
Cette publication fait partie de La grande conversation 2022

1. L’amélioration du pouvoir d’achat :  pas simplement une attente qui traverse l’ensemble des citoyens, quel que soit leur niveau socio-économique, mais un enjeu qui « dévore » le quotidien et la perception de l’avenir des catégories les moins aisées.

« S’il y a bien quelque chose que j’aimerais changer, c’est le ratio coût de la vie et salaire.
Clairement, il y a un déséquilibre entre ce que je gagne et ce que les personnes autour de moi gagnent et ce qu’il faut débourser pour manger correctement ou vivre correctement » (CSP=)

1.1 Une revendication massive autour de la revalorisation du pouvoir d’achat

A l’unisson, quel que soit le champ de relance, tous les citoyens de la communauté y font référence, pointant du doigt deux éléments majeurs : la flambée des prix de l’énergie, la flambée des prix des produits de base de l’alimentation.

« J’aimerais tellement qu’enfin un président prenne les choses en main concernant la hausse des prix. ! » (CSP–)

« J’aimerais que le nouveau président prenne de réelles mesures pour le pouvoir d’achat, qu’il limite vraiment l’inflation et la flambée des prix dans tous les domaines de base (alimentation, énergies, etc.). » (CSP+)

1.2 Cette attente nous paraît, dans son expression, extrêmement interpellante.

A l’évidence, nous attendions que l’amélioration du pouvoir d’achat se situe dans les priorités des souhaits et envies des Français, encore plus intensément dans celles des catégories les moins aisées.

Mais à lire les propos des citoyens les plus modestes, il ne s’agit pas d’un souhait exprimé pour un petit plus ou un petit mieux, il s’agit d’un enjeu massif, dévorant qui prend le pas sur toutes les autres dimensions de la vie actuelle et du futur.  Qu’il s’agisse des mesures souhaitées pour eux, pour leurs proches, pour la France, l’essentiel de leur propos se focalise sur cette question, qui apparaît indépassable et occulte même souvent la capacité à formuler des envies pour l’avenir.

« Comment peut-on vivre avec moins de 1 000 euros par mois ??? Mes parents avaient 1 500 euros par mois à deux pour vivre, comment faire quand vous devez aller en EHPAD où même la moins chère coûte au moins 2 000 euros par personne ????????? » (CSP=)

*Plus précisément, la consigne de démarrage de la discussion était : « Nous citoyens, nous nous projetons demain… Demain nous aurons un nouveau Président de la République. Ne parlons pas de qui il s’agira. Il va tout de suite prendre des mesures. Citez-moi les trois mesures/réformes que vous auriez envie qu’il prenne pour changer votre quotidien à vous ; des mesures concrètes grâce auxquelles vous vous diriez que ça va aller mieux dans votre vie à vous ». – Même exercice ensuite pour « les trois mesures/réformes que vous auriez envie qu’il prenne pour changer la vie de vos proches ; des mesures concrètes grâce auxquelles vous vous diriez que ça va aller mieux dans la vie de vos proches » – Même exercice ensuite pour « les trois mesures/réformes que vous auriez envie qu’il prenne pour changer la France ; des mesures concrètes grâce auxquelles vous vous diriez que ça va aller mieux en France »)

Les citoyens évoquent :

  • Des vies presque empêchées,

« Qu’ils soient moins pris à la gorge au milieu de mois, niveau salaire, retraite » (CSP–)

« Je suis à la retraite et je dois me restreindre de plus en plus pour pallier les augmentations… c’est invivable et difficilement gérable pour tout le monde » (CSP–)

« Désormais, on passe son temps à se priver » (CSP=)

« Je ne finirai plus la langue pendante à la fin du mois comme actuellement avec mon mari malgré nos 2 CDI. » (CSP–)

« Augmenter le SMIC pour pouvoir vivre avec notre salaire et non survivre. » (CSP–)

« M. ou Mme, futur(e) Président(e) de la République voulait bien regarder le monde d’en bas, il faudrait qu’il fasse quelque chose pour les Français qui n’en peuvent plus de se serrer la ceinture. » (CSP=)

« Ne plus voir des gens ayant un emploi vivre dans leur voiture ou mal logés, que les enfants dont les parents ne peuvent pas payer la cantine puissent quand même avoir un repas par jour à la cantine, enfin bref diminuer et faire même disparaître les énormes écarts entre les plus pauvres et les plus riches […] simplement le sentiment que mon voisin a une vie décente ! » ! (CSP=)

« Tout augmente (énergie, produits alimentaires…) et les salaires ne suivent pas. Il est de plus en plus difficile de boucler les fins de mois et on a besoin d’une bouffée d’oxygène. Vivre correctement sans être obligé de constamment se serrer la ceinture. » (CSP–)

« Un peu de pouvoir d’achat pour vivre et ne pas toujours regarder dans mon porte-monnaie. (CSP–)

  • Des besoins physiologiques pas ou plus remplis (se nourrir, se déplacer, se chauffer, habiter : le premier étage de la pyramide de Maslow),

« Certains ont dû arrêter de se chauffer… certains ont préféré rester sans chauffage cet hiver. Nous sommes quand même en France et je trouve que c’est inacceptable de laisser de telles choses se faire. » (CSP–)

« Ne plus regarder les prix pour se nourrir. » (CSP–)

« L’essence est devenue tellement chère que beaucoup se résignent à ne plus sortir. » (CSP–)

« La vie augmente de jour en jour, l’essence, le pain, les légumes, les fruits et tout le reste restent très chers, je dois faire des choix car je suis en retraite. » (CSP–)

Au total, la thématique de la « dignité » et de la « vie décente » fait l’objet de plus de 30 mentions au cours des deux jours de discussion dans le groupe des CSP– (15 mentions également dans les groupes de CSP= et CSP+).

 « Permettre à tout le monde de vivre dignement de son salaire. » (CSP– )

 « Une augmentation des retraites, à force de baisser la retraite de ma mère, elle n’aura même plus de quoi vivre dignement. » (CSP–)

« Que les Français puissent se chauffer et vivre décemment » (CSP–)

Il nous semble indispensable de s’arrêter sur ce point : si dans une communauté de citoyens, comme celle de la Grande Conversation, insérés socialement et prêts à discuter d’enjeux politiques et sociétaux, la dimension de la « vie décente » revêt cette intensité, quelle peut-être l’ampleur de ce ressenti auprès de ceux qui ne sont déjà plus insérés au travers de liens sociaux quels qu’ils soient ?Comment ne pas lire dans les manifestations récentes d’expression citoyenne une forme d’illustration de l’énergie du désespoir ? Au total, quelles réponses ont été apportées à la fracture sociale identifiée il y a plus de 25 ans maintenant ?

« Les Français tirent la langue et il est urgent de donner une bouffée d’oxygène. Le désespoir est mobilisateur et il est urgent de donner un peu d’air aux Français sous peine de voir germer des mouvements sociaux. » (CSP–)

1.3 Une revalorisation du pouvoir d’achat qui passe par une énumération de mesures structurées autour de trois grands registres

De multiples mesures sont suggérées par les citoyens de la communauté, avec des nuances selon le profil socio-économique. Parmi les plus fréquentes :

 

1.3.1 Baisse des taxes, prélèvements, charges et impôts,
      • Taxe sur les produits pétroliers et énergie;

« Première mesure : diminuer le prix du gasoil et de l’essence, ça devient trop cher et ça fait un sacré budget à la fin du mois » (CSP–)

« Lorsque nous travaillons à 45min de route du domicile, je me pose la réelle question: vaut il le coup de se déplacer jusqu’au travail ? Sachant que plus de la moitié de mon salaire file dans mon réservoir; » (CSP–)

« Baisser la taxe sur les carburants, ce qui permettait de donner une bouffée d’oxygène pour les ménages qui sont obligés de prendre leur voiture pour se rendre au travail. » (CSP=)

« Baisse des taxes sur les énergies (il suffit de voir le nombre de taxes sur l’électricité et les 80 % de taxe sur l’essence). » (CSP+)

      • Taux de TVA sur les produits du quotidien,

« Baisse des taux de TVA de 20,6 % à 5,5 % sur les produits de première nécessité, cela va aider les Français à mieux consommer » (CSP–)

« Une baguette à 1,10 € c’est du luxe » (CSP–)

 

      • Taux de cotisations sociales pour les salariés,

« Réduire le coût du travail pour diminuer la différence entre le brut et le net et remettre la valeur travail au centre. Augmentation de mon pouvoir d’achat, revalorisation de mon travail. » (CSP+)

« Trop d’écart entre le brut et le net » (CSP=)

 

      • Taux de charges pour les entreprises (plus marginalement évoqué, notamment au sein des CSP+)

« Moins de charges sur les petites entreprises pour favoriser l’entrepreneuriat. Il me semble aujourd’hui compliqué d’entreprendre en France, où l’on est assailli de charges (des aides ont été présentes pendant le Covid ce qui est une excellente chose) ce qui rend parfois assez compliqué l’envie d’entreprendre et de créer son entreprise. » (CSP+)

      • Droits de succession (uniquement au sein des CSP+)

« Le système fiscal français est confiscatoire. Sans parler des nombreuses taxes (80 % sur le prix d’un litre d’essence), on paie un impôt sur le revenu (c’est normal) et si on a épargné pour transmettre à ses enfants, on repaie des impôts (droits de succession). Ce que cela va m’apporter : pouvoir aider mes enfants dans leur démarrage dans la vie active car je pressens que ce sera plus dur pour eux que pour nous et je voudrais partir l’esprit tranquille en me disant qu’ils seront à l’abri. » (CSP+)

1.3.2 Revalorisation du SMIC, des salaires et des retraites

« Gagner plus et pas être à découvert à la fin du mois. » (CSP–)

« Que le salaire des citoyens soit à la hauteur de ce qu’ils font, qu’il n’y ait plus de misère » (CSP–)

      • Augmentation du SMIC,
      • Augmentation des (plus bas) salaires,

« Le Président fraîchement élu prendra très rapidement des mesures pour augmenter les bas salaires, et notamment celui des Accompagnants Educatifs Spécialisés Handicaps. Il remédiera définitivement à cette question des bas salaires dans l’Education nationale ainsi que de tous ces autres emplois et contrats précaires, payés en dessous du taux du SMIC horaire, en temps partiels imposés. Il faudra rendre de la dignité à ces métiers nobles et beaux, terriblement sous-payés. » (CSP–)

 « Revoir la paye des métiers essentiels. » (CSP–)

 

      • Revalorisation des retraites (et indexation sur l’inflation),

« Concrètement, j’attends qu’il revalorise ma retraite de manière significative (minimum 5 %) et surtout qu’il réindexe les retraites sur l’inflation (c’est cette mesure qui nous a fait perdre beaucoup de pouvoir d’achat sur ces dernières années !) » (CSP+)

« Mes parents et beaux-parents survivent avec des petites retraites. Il y a mieux, il y a pire, ils doivent être sur la médiane. Mais les fins de mois restent difficiles. Peu ou pas de vacances. Être à la retraite et être condamné à rester dans son patelin ? Quelle déshérence pour moi ! Je souhaite que le prochain président annonce des mesures concrètes pour le pouvoir d’achat des seniors, et la revalorisation de leur retraite. » (CSP+)

 

      • Pour quelques-uns, instauration d’un revenu universel.

« La première mesure à prendre pour moi est d’ordre social, donc je vais parler du revenu universel garanti, pour assurer un socle vital minimum à tous les citoyen. » (CSP=)

1.3.3 Meilleure redistribution des aides

La question d’une meilleure affectation et redistribution des aides est évoquée, pas simplement d’ailleurs par la ligne la plus à droite de notre échantillon. Elle est souvent également liée à la reconnaissance de la valeur travail (thématique déjà relevée dans plusieurs des notes précédentes issues de cette communauté)-

« Enlever les aides aux gens qui ne veulent pas travailler… Beaucoup de personnes perçoivent le RSA + toutes les autres aides à côtés (CMU, prime Noël, prime de rentrée scolaire, VACAF, Chèque énergie, Cantine gratuite pour les enfants, restos du cœur, et j’en passe). Ces personnes-là, tout calculé, s’en sortent mieux qu’une personne qui travaille au SMIC. » (CSP–)

« Baisser les impôts des classes moyennes afin de leur redonner du pouvoir d’achat, remettre de l’équité dans la distribution des deniers publics ! » (CSP+)

 « Faire un grand tri dans les aides qui sont données à tour de bras. Beaucoup trop de Français touchent des aides dont ils n’ont pas besoin, et beaucoup trop n’en touchent pas alors qu’ils en auraient besoin. » (CSP=)

2. Le thème de la santé, de l’accès aux soins, de leur qualité émerge comme préoccupation majeure des citoyens pour leurs proches

« Je souhaite donc que le futur président prenne des mesures fortes et concrètes pour redonner des moyens à notre système de santé qui a été mis à genoux en 15 jours en mars 2020, après des années de restriction et de coupe budgétaire. » (CSP+)

Si la crise Covid n’est que peu évoquée en tant que telle, en revanche, les failles du système de santé qu’elle a fait apparaître et l’urgence de rebâtir un système de santé publique efficient sont très présents dans les discours et les attentes des citoyens, quel que soit leur niveau socio-économique.

« Le personnel est en souffrance et a besoin de voir garnir ses effectifs. Ce qui permettrait d’effectuer leurs missions correctement tout en améliorant l’offre de soins aux Français. Il est de plus en plus difficile de se faire soigner ! Délai de rendez-vous à rallonge, prise en charge de piètre qualité dans les urgences le système est à bout de souffle depuis des années, il est temps d’y mettre des moyens pour tous. » (CSP–)

« J’espère vraiment que la crise du Covid et les centaines de milliers de morts (directs et indirects) qui vont en découler vont servir d’alerte rouge au prochain président. (…) également, que de nouveaux hôpitaux / cliniques / centres de soins soient créés pour ainsi répartir la charge de travail entre soignants et favoriser l’accès aux soins pour tous, que la santé mentale et la psychiatrie ne soient plus les parents pauvres de la santé. » (CSP+)

« Réinvestir dans un système de santé public : cela va me rassurer sur l’égalité des chances, la possibilité pour chacun d’accéder à un système de soin de qualité avec une prise en charge sans critères liés à l’origine, au revenu, aux capacités financières, aux assurances privées…Cela me rassurera sur mes “vieilles années” à venir ! » (CSP+)

Dans ce chapitre se conjuguent principalement les attentes suivantes :

  • Accessibilité des soins et accès aux soins (déserts médicaux ; pénuries de soignants);

« Il y a aussi beaucoup à dire sur les soins. Quelles difficultés pour obtenir des rendez-vous chez les professionnels de santé, quant aux urgences ce sont des services à l’agonie dans bon nombre d’hôpitaux ! » (CSP–)

« Réguler les dépassements d’honoraires car ce sont des freins aux soins de spécialités. » (CSP–)

 « En IDF, il faut attendre des mois pour avoir un rendez-vous avec un professionnel de santé » (CSP–)

  • Prix des soins et notamment part des mutuelles,

« Frais médicaux plus chers et mal remboursés. » (CSP–)

« Élargir les remboursements qui concernent les pilules contraceptives aux pilules de toutes les générations et rendre les protections hygiéniques gratuites pour les étudiants au moins. L’objectif étant de contrer le phénomène de précarité menstruelle. »(CSP=)

 « Les mutuelles qui ne cessent d’augmenter avec l’âge… tout rassembler et mieux rembourser, voilà ce que j’attends. Une meilleure justice de soins pour tous. » (CSP–)

 

  • Reconnaissance des soignants et du personnel médical,

« Le deuxième changement que je souhaite pour mes proches est une amélioration du système de santé. Mais la crise a démontré qu’il pouvait plus accueillant, plus réactif et le personnel mieux armé et mieux payé. » (CSP=)

  • Moyens donnés à l’hôpital,

« Donner les moyens aux hôpitaux de prendre en charge dignement les patients, respecter la dignité des soignants et des soignés. Je suis sûre qu’aucune des blouses blanches n’avait imaginé devoir faire de “l’acte tarifé” à la chaîne à en perdre l’humanité de leur métier. Arrêter de fermer ou réouvrir les lits / services / maternité / pendant ce quinquennat au prétexte d’économies qui visent surtout à ouvrir grand les portes à la privatisation de notre système de santé. » (CSP+)

  • Accompagnement/accueil des personnes âgées.

« Mieux accompagner les personnes âgées, que ce soit à domicile ou dans des établissements médicalisés. Aujourd’hui elles se retrouvent trop souvent seules et mal traitées en maison, parce que les maisons privées coûtent trop cher. » (CSP+)

« L’état actuel des EHPAD… eh bien… ça fait peur ! Mettre de l’ordre, donner les moyens, contrôler… c’est indispensable et ça me rassurerait pour l’avenir, pour mon mari, pour moi-même aussi. » (CSP=)

3. L’essentiel des attentes des citoyens, pour eux et pour leurs proches, se concentre ensuite sur l’exécution des missions régaliennes de l’Etat

(Rappelons, au préalable, qu’au sein des discours des catégories les moins aisées, ces préoccupations restent à l’arrière-plan des discours eux dominés par le pouvoir d’achat). Pour les autres catégories, de multiples mesures sont citées comme souhaitables dans ces domaines régaliens que sont la sécurité, la justice et dans une acception extensive, l’éducation.

Le constat sous-jacent semble bien être celui d’une certaine défaillance de l’Etat dans l’accomplissement de ses missions.

 

3.1 La sécurité

Des problématiques spécifiques liées à certains quartiers ou certaines villes dont sont issus les citoyens de la communauté apparaissent. On retrouve ici une aspiration à une forme de sérénité, tranquillité, apaisement dans la vie quotidienne. (Voir sur ce point, notre note d’analyse:  https://tnova.fr/societe/justice-securite/la-demande-de-securite-une-aspiration-au-bien-etre/)

« Restauration de l’ordre et de la sécurité en France… les gens doivent être tranquilles dans leur vie de tous les jours » (CSP=)

« J’aimerais une surveillance par caméra… mes enfants habitent à Roubaix donc je ne vous parle pas de la crainte…être rassurée c’est vivre dans le calme intérieur. » (CSP–)

« Une vie plus sereine et moins de craintes pour les personnes et les biens. » (CSP+)

 

 On rappellera aussi que des lignes idéologiques se greffent sur ces sujets et que la question de la gestion de l’immigration y est souvent rattachée.

« Deuxième mesure après le pouvoir d’achat, stopper l’immigration, reconduire à la frontière les illégaux et les délinquants. “(CSP+)

“Pour moi, sur l’immigration, qui doit être bien contrôlée pour éviter les repris de justice ou des terroristes qui se mêlent aux migrants car la France a ses propres problèmes et ce n’est pas l’eldorado, il faut faire de la prévention dans les pays concernés”. (CSP=)

 

3.2 La justice et la police

De nombreuses et diverses mesures sont suggérées par les citoyens de la communauté : définition et application des peines ; moyens donnés à la justice et à la police ; augmentation des effectifs ; posture d’autorité…

“Lutter contre l’insécurité et l’impunité surtout” (CSP=)

“En même temps, il faut redonner à la police et la gendarmerie les moyens d’effectuer leur vrai travail qui est la protection de la population avec autorisation d’aller dans tous les endroits en France et d’employer tous les moyens nécessaires pour faire respecter l’ordre. Bien entendu pour que cela fonctionne il faut donner aux juges les moyens et les instructions pour faire réellement appliquer les lois avec beaucoup plus de fermeté avec comme projet punition au premier délit. La peur doit changer de camp.” (CSP+)

 “Une mesure sur la sécurité et la justice. Lutter contre les zones de non-droit. En mettant plus de moyens policiers et une justice beaucoup plus dure avec les délinquants comme des peines plancher. Et bien entendu une justice rapide.” (CSP–)

3.3 L’Education

La réforme de l’école et du système éducatif français fait également partie des souhaits exprimés par les citoyens. Là aussi, les mesures énoncées sont à la fois nombreuses et protéiformes : plus de pédagogie ; revalorisation de certaines filières ; poursuite de l’apprentissage ; développement des aides aux jeunes en difficulté, revalorisation des enseignants…

“Pour l’éducation, nous devons réformer l’école pour plus de pédagogie et d’efficacité.” (CSP+)

“Il faudrait une réforme du système scolaire, plus de pédagogie, plus de pratique, peut-être des journées moins denses mais plus efficaces, plus d’ouverture sur l’environnement, le monde…” (CSP+)

“Mettre en avant certains métiers, continuer de favoriser l’apprentissage comme c’est déjà le cas, et promouvoir cette pratique encore plus auprès des entreprises.” (CSP+)

« Les professeurs ne sont pas assez payés. » (CSP–)

“Une école pour tous en mettant les moyens qu’il faut pour que les enfants en soient pas exclus avec un suivi plus particulièrement pour les enfants qui en ont besoin.” (CSP–)

 

3.4 En regard, le souhait d’une refondation du fonctionnement de l’Etat et de ses services

Face à ce constat d’imperfections ou de défaillances dans l’exécution de ses missions régaliennes d’Etat protecteur, des souhaits sont exprimés tant dans le groupe des CSP= que des CSP+ pour une refondation de l’Etat qui passe par une meilleure gestion de ses budgets et des services publics.

“Réorganiser l’Etat.” (CSP+)

“Il faut simplifier les lois, les décrets, les démarches administratives qui sont très lourdes. On ne peut plus contacter un service public par téléphone. On tombe sur des répondeurs. Il faut se déplacer pour avoir un renseignement” (CSP+)

“Réhumaniser les services qui s’adressent à un public défavorisé.” (CSP=) 

“Soutien de tous les services publics de façon à soulager le travail de ceux qui s’y consacrent. Cela vaut pour l’éducation, la santé, la justice, la police… encore une fois, pas de soulagement sans argent.” (CSP=)

 “Faciliter les échanges avec l’administration. C’est d’un compliqué, tout est encore archaïque. Il faut envoyer des courriers, passer des appels, fournir plein de documents, alors que normalement l’administration dispose de tous les éléments nécessaires.” (CSP=)

 

4. Au total, et malgré ce contexte, le constat d’une société aux aspirations profondément solidaires

Face à ce quotidien largement empêché pour les catégories les plus modestes et contraint d’une certaine manière aussi pour les autres, un élément traverse les postures et doit être souligné : la préoccupation de l’autre.

Certes, la mécanique de cette conversation avec les citoyens les invitait à évoquer les mesures souhaitées pour leurs proches et pour la France. Mais on est frappés de voir à quel point le sort « de nos ainés  » et « des jeunes » tient une place importante dans les discours :  les citoyens à la fois expriment de nombreuses préoccupations et leur dédient de multiples souhaits de réformes.

  • L’attention portée aux seniors aussi bien sous l’angle financier (revalorisation de leurs retraites ; prix des soins ; part des mutuelles) que sous l’angle de l’accompagnement du grand âge (accueil ; soins, traitement dans les EHPAD – le scandale Orpea au moment de la discussion a sans doute ravivé encore l’intensité du sujet) a été une constante de ce forum.

“Revalorisation de la retraite, . Quand je vois mon entourage ayant travaillé dès leur plus jeune Age et ça la majorité de leur vie, je m’inquiète en voyant ce qu’ils perçoivent une fois à la retraite. D’année en année, la retraite baisse. Que va-t-il leur rester d’ici 5 ans ?” (CSP–)

 “Les personnes à la retraite sont les plus mal loties alors qu’ils ont travaillé toute leur vie… Ce n’est clairement pas normal. Et évidemment pour les retraités il n’y a aucune aide. Il serait bien d’augmenter les retraites.” (CSP–)

“Je trouve qu’on a tendance à oublier nos anciens et je trouve ça très triste. Sans compter ceux que je vois fouiller les poubelles, ne pas se chauffer ni se soigner. C’est d’une tristesse extrême. Il y a moyen de serrer la vis ailleurs pour ne pas oublier ceux qui ont trimé toute leur vie. Ce n’est pas une fin de vie décente de se regarder crever à petit feu sans aucun plaisir.” (CSP–)

  • Le sort des jeunes, qu’ils soient étudiants ou actifs, a aussi été largement abordé : conditions de vie ; accès égalitaire aux études supérieures ; possibilité d’une retraite et construction d’un avenir…

 “On va parler de nos enfants, j’aimerais qu’ils aient un avenir, une retraite.” (CSP–)

“Se pencher sur la situation des universités. Bon nombre d’universités sont à saturation et ne peuvent offrir une scolarité acceptable. (amphi bondé, taux d’échecs important…) Je pense particulièrement à la filière médecine. Beaucoup se retrouvent sur le ‘carreau’ en fin de première année. Quelle déception pour tous ces jeunes qui sont motivés, volontaires mais à qui on ferme la porte.” (CSP–)

“J’aimerais également un revenu pour les étudiants. Je prends l’exemple de ma nièce qui vit à Lille et qui a dû se prendre une chambre là-bas pour étudier, mais qui ne perçoit aucune aide. Alors elle doit travailler et donc cumuler boulot + études. Ce qui finira un jour par la mettre en décrochage scolaire, car étant en droit, elle finira par ne plus avoir de temps pour réviser”(CSP–)

“Augmenter le nombre de bourses pour les étudiants, ce sont eux qui ont le plus souffert de la crise sanitaire.” (CSP+)

“Aider les étudiants au travers de plusieurs actions : Attribuer une aide financière à tous les étudiants post-bac qui remplacerait les différentes aides (bourses, APL, etc.) et la maintenir sous réserve de réussite (passage dans l’année supérieure), et ce indépendamment des ressources des parents. En quelque sorte, ce serait un revenu universel pour les étudiants. Revenir au repas à 1 euro mais pas seulement dans les restaurants universitaires mais aussi pour celles et ceux qui sont en études supérieures dans des lycées (classes prépa, BTS, etc.) ; Financer 50 % du permis de conduire ce qui représente environ 1 200 euros par jeune.” (CSP+)

Enfin s’agissant de la thématique de l’environnement, on relèvera qu’elle est bien présente dans les préoccupations de bon nombre de citoyens mais sans doute pas à un niveau de priorité au quotidien tel qu’elle surpasserait les urgences associées aux attentes primaires à court terme analysées ci-dessus. La conscience écologique n’est pas absente chez les citoyens rencontrés. Mais elle est, pour l’heure, reléguée au second plan.

Terra Nova a fait appel à BVA pour constituer et animer une communauté citoyenne, composée de 50 personnes reflétant la diversité de la société française, dans leur genre, leur âge, leur catégorie socio-professionnelle, leur niveau de qualification, leur origine régionale mais aussi leur sensibilité politique.

Ceux-ci ont été invités à s’exprimer dans un forum écrit (plateforme HD quali) tout au long des journées du mardi 8 et mercredi 9 février 2022, dans le cadre de sous-groupes segmentés selon la catégorie socio-professionnelle : CSP– ; CSP= ; CSP+)  

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie