Aller au contenu de la page
Chronique

Le second « Whatever It Takes » de Mario Draghi – L’analyse de Jean Pisani-Ferry

Le plan de relance de Mario Draghi peut changer la donne européenne. S’il réussit, la solidarité avec les voisins et la prise de risques budgétaires seront considérées comme de bons investissements. S’il échoue, on se souviendra du plan de relance européen comme d’un gaspillage d’argent et le conservatisme budgétaire reprendra le dessus.
Par
  • Jean Pisani-Ferry
Publié le 

Cette publication est le fruit d’un partenariat entre Terra Nova et Project Syndicate.

Jean Pisani-Ferry est titulaire de la chaire Tommaso Padoa-Schioppa de l’Institut universitaire européen de Florence et Senior Fellow de l’institut Bruegel (Bruxelles). Il enseigne également à la Hertie School of Governance à Berlin et à Sciences Po.

Commissaire général de France Stratégie de 2013 à 2016, Jean Pisani-Ferry avait rejoint en janvier 2017 la campagne d’Emmanuel Macron comme directeur du pôle programme et idées. Il a été ensuite chargé par le Premier ministre d’une mission de préfiguration du Grand plan d’investissement.

De 2005 à 2013, il a été directeur de Bruegel (Bruxelles), centre de recherche et de débat sur les politiques économiques en Europe qu’il avait contribué à fonder. Il avait précédemment été directeur du CEPII (1992–1997), conseiller auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie (1997–2000), et président délégué (2001–2002) du Conseil d’Analyse Economique.

Ses travaux portent sur les questions macroéconomiques, européennes et internationales. 

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie