Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Après la pandémie : trop tôt pour se réjouir

Juste avant le G7 qui se réunit à Londres les 11, 12 et 13 juin, une enquête d'opinion fait le point sur la perception de la situation de l'après-Covid dans les pays représentés au G7. La prudence semble dominer les représentations, particulièrement dans les pays européens, mais des opportunités apparaissent clairement pour les politiques progressistes.

Synthèse

Alors que les campagnes de vaccination se poursuivent à bon rythme en Amérique du Nord et en Europe, l’espoir de tourner la page de la pandémie se renforce. A quelques jours du sommet du G7, une large enquête d’opinion menée par Global Progress et soutenue par YouGov, donne une image de l’état d’esprit de la population dans les pays du G7 et en Australie. Le but de notre démarche était d’identifier, dans ces démocraties avancées, les leçons que l’opinion tire de cette crise et la manière dont celles-ci influencent leurs représentations de l’avenir, leurs aspirations et leurs craintes. L'analyse de Matt Browne pour Terra Nova est à retrouver ci-dessous. 

Matt Browne est senior fellow au Center for American Progress à Washington et fondateur de Global Progress, un réseau réunissant des progressistes à l’échelle internationale. Auparavant, il a dirigé Policy Network à Londres et siège au bureau de plusieurs think tanks progressistes, dont Canada 2020 (Ottawa) et Volta (Rome). Ses travaux portent principalement sur la montée du populisme et du nationalisme d’extrême-droite, et sur l’avenir de la démocratie à l’âge digital. Il est co-directeur du groupe de travail de l’Institut Berggruen sur le renouveau de la démocratie et membre du conseil d’orientation de Reset.Tech, une nouvelle organisation qui cherche à réduire l’impact négatif des technologies sur la démocratie.

Télécharger la note (PDF, 150 ko)
Ajouter un commentaire