Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Comment tester massivement de manière efficace ?

Tester massivement peut être la clé pour gérer la pandémie en 2021, notamment pour éviter une troisième vague pendant le déploiement du vaccin. Le succès de ces dépistages repose sur plusieurs éléments : la disponibilité et la précision du test, mais aussi la prévalence du virus. Les tests PCR sont très précis mais ne peuvent être effectués à grande échelle en raison des capacités limitées des laboratoires. Les tests antigéniques sont disponibles mais manquent de précision. Si chaque personne est testée une fois, la grande majorité des personnes testées positives ne sont pas infectées en réalité, ce qui est très problématique dans une optique de « tester-tracer-isoler ». Pour surmonter ces obstacles, d'autres stratégies de dépistage, plus élaborées, sont nécessaires.

Synthèse

Dans cette note, nous proposons deux stratégies efficaces : le dépistage ciblé et le double dépistage. 
Le dépistage ciblé est une méthode pouvant être adoptée à grande échelle (département, région, pays). En termes de fiabilité des résultats positifs, elle est de 3 à 30 fois plus performante que le dépistage unique, alors qu’elle ne nécessite que 10 % de tests supplémentaires. De surcroît, elle maintient le nombre de faux négatifs à des niveaux acceptables. 
Le double dépistage est conçu pour des zones plus réduites à forte prévalence (ville, canton, département). Comparé au dépistage unique, il réduit de 50% à 65% le taux de faux négatifs, c'est-à-dire le taux de personnes contaminées qui sont testées négatives, mais il a un coût : il nécessite 107 % de tests supplémentaires. 
La combinaison des deux stratégies est également intéressante : un dépistage ciblé dans les zones à faible prévalence et un double dépistage dans les zones à prévalence élevée. L'analyse de Miquel Oliu-Barton (maître de conférences à l’université Paris-Dauphine) et Bary Pradelski (chargé de recherche au CNRS, membre associé de l’Oxford-Man Institute) pour Terra Nova.

Télécharger la note (PDF, 13 Mo)
Ajouter un commentaire