Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Convaincre tout le monde plutôt que contraindre certains : un choix politique tacite qu’il est temps de questionner

L’intervention du Président de la République mercredi 14 octobre a initié une nouvelle stratégie de lutte contre l’épidémie de Covid-19. Constatant la montée des contaminations malgré la mise en œuvre de la lutte en trois temps recommandée par l’OMS - tester, tracer, isoler –, le Président a annoncé une nouvelle trilogie : « tester, alerter, protéger ». La séquence n’est pas tout à fait équivalente, dans la mesure où la nouvelle série de verbes décrit une politique d’ensemble plus qu’un processus strictement sanitaire. Assumant le choix de la contrainte supplémentaire imposée par le couvre-feu aux habitants des métropoles concernées, le Président a fait appel à la responsabilité de chacun pour expliquer la nouvelle combinaison de contrôles et de recommandations (télétravail, gestes barrières, limite de 6…). La nouvelle stratégie ainsi annoncée trouve-t-elle le bon équilibre entre la contrainte et la responsabilité ?

Synthèse

L’intervention du Président de la République mercredi 14 octobre a initié une nouvelle stratégie de lutte contre l’épidémie de Covid-19. Constatant la montée des contaminations malgré la mise en œuvre de la lutte en trois temps recommandée par l’OMS - tester, tracer, isoler –, le Président a annoncé une nouvelle trilogie : « tester, alerter, protéger ». La séquence n’est pas tout à fait équivalente, dans la mesure où la nouvelle série de verbes décrit une politique d’ensemble plus qu’un processus strictement sanitaire. Assumant le choix de la contrainte supplémentaire imposée par le couvre-feu aux habitants des métropoles concernées, le Président a fait appel à la responsabilité de chacun pour expliquer la nouvelle combinaison de contrôles et de recommandations (télétravail, gestes barrières, limite de 6…).


La nouvelle stratégie ainsi annoncée trouve-t-elle le bon équilibre entre la contrainte et la responsabilité ? Le choix de décisions territorialisées depuis le déconfinement et la volonté affirmée d’éviter à nouveau un confinement général permettent d’éviter les mesures les plus restrictives des libertés individuelles. La volonté d’avancer des mesures « proportionnées » a été mise en avant à plusieurs reprises par Emmanuel Macron lors de son intervention. Interrogé sur le maintien de la possibilité de se déplacer pour les habitants des métropoles, qui peut sembler contradictoire avec l’ambition affichée de limiter la circulation du virus, le Président a indiqué qu’il se refusait à « infantiliser » les citoyens. Le terme lui permettait de retourner la critique adressée le jour même par le comité d’évaluation de la gestion de l’épidémie qui avait critiqué une gestion de la crise particulièrement centralisée et verticale, au risque d’ « infantiliser » les Français. 


Mais peut-on à la fois en appeler à la responsabilité de tous et laisser entière la liberté de mouvement ? Telle est la question traitée dans la présente note, qui rappelle la centralité de la notion de « ciblage » en santé publique. Or, le ciblage territorial, auquel la stratégie officielle fait appel, peut-il se concevoir sans mesure de limitation des déplacements ? La question, classique dans les études et les recommandations de santé publique en cas d’épidémie, mérite au moins d’être posée dans le débat public…  

Télécharger la note (PDF, 2,2 Mo)
Ajouter un commentaire