Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Éducation et justice spatiale : des vérités qui dérangent - L'analyse de Jacques Lévy

La localisation crée-t-elle des prédispositions à l’échec ou à la réussite scolaire ? L’idée est courante que les campagnes les plus éloignées des villes prédisposeraient à l’échec scolaire en raison d’un moindre engagement public. Des recherches récentes montrent qu’il n’en est rien et que les problèmes se situent ailleurs. Si l’on se préoccupe de l’état de l’éducation comme bien public en France, il faut prendre le temps de décrire l’ensemble du système qui permet de le produire. Les résultats qu’on obtient alors sont surprenants et préoccupants. Ils appellent des réponses déterminées de la part de la société et du gouvernement qui la représente. L'analyse de Jacques Lévy pour Terra Nova.

Synthèse

La localisation crée-t-elle des prédispositions à l’échec ou à la réussite scolaire ? L’idée est courante que les campagnes les plus éloignées des villes prédisposeraient à l’échec scolaire en raison d’un moindre engagement public. Des recherches récentes montrent qu’il n’en est rien et que les problèmes se situent ailleurs. Si l’on se préoccupe de l’état de l’éducation comme bien public en France, il faut prendre le temps de décrire l’ensemble du système qui permet de le produire. Les résultats qu’on obtient alors sont surprenants et préoccupants. Ils appellent des réponses déterminées de la part de la société et du gouvernement qui la représente.

Jacques Lévy est directeur de la chaire Intelligence spatiale de l’Université polytechnique Hauts-de-France. Il a cofondé en 2017 le rhizome Chôros. Ses centres d’intérêt principaux sont la théorie de l’espace des sociétés, notamment au travers de la géographie du politique, des villes et de l’urbanité, de l’espace public et de l’urbanisme, de l’Europe et de la mondialisation. Il s’intéresse à l’épistémologie et aux méthodes des sciences sociales, avec une attention particulière pour la cartographie et la modélisation. Il a reçu en 2018 le prix international Vautrin-Lud, considéré comme le prix Nobel de géographie.

En partenariat avec la chaire Intelligence spatiale de l’UPHF.

Télécharger la note (PDF, 1,9 Mo)
Ajouter un commentaire