Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Voir l'Iran autrement

Sur l’échiquier stratégique international, l’Iran est aujourd’hui le défi le plus crucial. Quelle politique mener face à la menace iranienne ? L’enjeu, pour les progressistes, est le bon dosage entre sanctions et coopération. Un texte du conseiller diplomatique du Guide de la Révolution Iranien, paru hier dans Libération, relance la voie de la coopération. A cette occasion, nous publions une note et un dossier de Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS : il invite à voir l’Iran autrement, en prenant en compte les mutations au sein du régime et de la société civile. Ces positions sont une contribution, hétérodoxe et stimulante, à la réflexion en cours que souhaite mener Terra Nova.

Synthèse

Ali Velayati, le conseiller diplomatique du Guide de la Révolution Iranien Ali Khamenei, a publié (La Reppublica, Le Temps, Libération). Il s’agit d'un geste politique. Il faut le saisir.

Le débat aux Etats-Unis est dominé par les « faucons » de l’administration Bush. Il fait perdurer une vision univoque de l’Iran. Face à la perspective d’une accession au pouvoir de Barak Obama, qui s’est prononcé pour une reprise du dialogue avec la République Islamique, les éléments les plus déterminés de l’administration Bush peuvent être tentés de durcir encore le ton. Si elle devait faire sien le discours de diabolisation du régime de Téhéran, la France pourrait se trouver prise à contre-pied par une éventuelle victoire du candidat démocrate.

Voir l’Iran autrement n’est pourtant pas illégitime. Le pouvoir iranien n’est pas monolithique. Que ce soit autour du Guide de la Révolution, en charge de la « sécurité nationale », ou du parlement, présidé par Ali Laridjani et doté de pouvoirs réels, des éléments plus « modérés » ou « réalistes » existent, qui rejettent la politique extrémiste et les provocations du président Ahmadinejad. Cela suppose aussi de comprendre l’autonomie de la société civile, la montée en puissance de la bourgeoisie économique, d’une jeunesse éduquée et des femmes dans un pays en mutation rapide.   

Télécharger la note (PDF, 110 ko)
Ajouter un commentaire