Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Les applications de notation, un ingrédient de poids sur le chemin de la transition alimentaire ?

Pour des raisons sanitaires, nutritionnelles et environnementales, les Français.e.s accordent de plus en plus d’attention au contenu de leur assiette. Portées par la révolution digitale, les applications de notation font partie des outils mis à leurs disposition pour les aider à choisir les produits qui correspondent le mieux à leurs besoins. Leur montée en puissance incite les distributeurs et les industriels à réagir en faisant évoluer leurs recettes, en adoptant le Nutri-score ou en développant leurs propres outils de notation. Régulièrement mises en cause par les scientifiques et les industriels, qui les accusent d’interpréter, parfois en les pondérant par des critères moins bien fondés, des données scientifiques, les applications voient le nombre de leurs utilisateurs progresser de manière continue. Faut-il s'en inquiéter ? Peuvent-elles contribuer à améliorer les habitudes alimentaires ? Quel est leur potentiel de développement ? Et comment les réguler ? Terra Nova, dans ses nouveaux travaux sur la transition alimentaire, propose plusieurs réponses à ces questions, dans ce rapport de Suzanne Gorge, responsable du mécénat, avec l'aide de Marc-Olivier Padis, directeur des études.

Synthèse

A consulter ici : le Dossier de presse du rapport

Dans le prolongement de ses travaux sur la transition alimentaire, Terra Nova s’intéresse ici aux applications de notation alimentaire et à leur incidence avérée sur les décisions d’achat des consommateurs. Ces outils ont rencontré un succès important, comme l’indique le nombre élevé de leurs utilisateurs. Selon les résultats d’une étude IFOP réalisée en 2019, 25 % des consommateurs français utilisent désormais une application de notation en faisant leurs courses. La très large diffusion d’applications comme Yuka, certainement la plus connue de toutes, témoigne de ce mouvement de fond. Ces applications répondent à des demandes fortes et légitimes de consommateurs qui sont de plus en plus soucieux de la qualité sanitaire et nutritionnelle de leur alimentation et de celle qu’ils donnent à leurs enfants: une information tierce, instantanée et synthétique, qu’ils ne trouvent pas toujours sur l’emballage des produits (en particulier lorsque la marque a décidé de ne pas afficher le Nutri-score du produit).

En quelques années, ces applications ont permis de faire bouger des lignes et de faire évoluer le rapport de force entre consommateurs, distributeurs, industriels (transformateurs) et producteurs. De nombreux dispositifs ont émergé, en réponse à à ces nouveaux besoins, que ce soit à l’initiative des distributeurs, des consommateurs, de la puissance publique ou d’ONG. L’ouverture des informations ainsi que la construction de bases de données ont rendu possibles de nouveaux usages. De nombreux industriels et distributeurs ont réagi en proposant leurs propres outils, en améliorant la qualité nutritionnelle de leurs produits ou en collaborant avec les initiateurs de ces nouvelles solutions.

Toutefois, cet engouement suscite encore des interrogations de la part de certains industriels, scientifiques et associations de consommateurs. Les principales critiques concernent la rigueur scientifique des systèmes de pondération, la fiabilité des données utilisées, la transparence des algorithmes et l’usage des données personnelles des utilisateurs.  Alors que le nombre d’initiatives ne cesse d’augmenter, l’objectif de cette note est de faire le point sur les applications et outils existants pour orienter le consommateur dans son souhait d’améliorer la qualité nutritionnelle, sanitaire, sociale et environnementale de son alimentation mais également de mettre en lumière les risques, les limites et les possibilités nouvelles créés par ces instruments.  

 

 

 

Télécharger le rapport (PDF, 15 Mo)
Ajouter un commentaire