Inscrivez vous à la newsletter du Terra Nova. Si vous souhaitez vous pouvez visualiser un exemple

Conformément à la loi française n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 (ci-après la « Loi Informatique et Libertés ») et du Réglement Général sur la Protection des Données Personnelles du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous adressant un email à l'adresse contact@tnova.fr

Logo

Référendum pour le climat : "Un momentum politique sur ces enjeux " : Thierry Pech invité de la Matinale sur RTL

Thierry Pech, co-président du Comité de Gouvernance de la Convention Citoyenne pour le Climat, invité de la Matinale de RTL le jeudi 18 juin 2020, à la veille de la clôture de la Convention.


C’est la question qui se pose ce jeudi 18 juin : allons-nous voter pour décider du monde d’après ? En effet, Emmanuel Macron envisage un référendum sur l'écologie en s’appuyant sur la Convention citoyenne pour le climat qui va rendre ses propositions ce weekend. Logement, transports, énergie, alimentation, 150 Français ont planché depuis 9 mois sur l’avenir écologique de la France. 

Les membres de la convention pourraient, dans un premier temps, présenter les propositions qu’ils jugent pertinentes pour un référendum. C’est une option, pas encore actée. "Nous n’avons de contact avec Emmanuel Macron sur le fond des propositions, et d’ailleurs je suis tenu à la plus stricte réserve pour ma part sur le contenu de ces propositions", indique sur RTL Thierry Pech, co-Président (avec Laurence Tubiana) du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat, et président de Terra Nova. 

Des débats pour des propositions "sans filtre"

Il reste néanmoins à faire en sorte que le référendum ne se transforme pas en un vote pour ou contre Emmanuel Macron. "Si c’est un référendum à questions multiples (…) on peut penser que ce risque est diminué", explique Thierry Pech. Le recours au vote permettrait d’avoir définitivement l’avis des Français sur la question écologique, ce serait "un momentum politique sur ces enjeux". 

Une prise de conscience des enjeux écologiques qu’ont semblent-ils eue les membres du groupe de travail dans un premier temps. La mise à disposition d’une grande quantité de données sur la situation environnementale "a changé le regard et le comportement de pas mal d’entre les 150 citoyens", confirme sur RTL Amandine, l’une d’entre eux. 

"Ça m’a permis d’aller beaucoup plus loin, et d’en comprendre la portée politique. C’est passionnant", explique-t-elle, alors même qu’elle indique être sensibilisée à la question depuis longtemps. Au final, après des séances de travail en groupes réduits et par thème, et des débats à 150, des propositions seront soumises "sans filtre" aux "autorités démocratiques compétentes" (le Parlement, le peuple, le gouvernement…). 

Ajouter un commentaire