Aller au contenu de la page
Note

Réforme du baccalauréat : attention au hors-sujet !

Le projet de réforme du baccalauréat applicable en 2021 reflète un constat largement partagé sur les lourdeurs et les insuffisances de l’examen actuel, qualifié de « monstre organisationnel » dans le rapport de Pierre Mathiot du début de l’année. Pourtant, le projet de réforme tel qu’il apparaît aujourd’hui ne permettrait pas un changement significatif, apte à le transformer suffisamment pour lui redonner un rôle vraiment utile. Nous expliquons pourquoi dans cette note, à l’occasion du début des épreuves du baccalauréat 2018.
Par
  • Martin Andler
  • Armelle Nouis
  • Marc-Olivier Padis
  • Régine Paillard
  • Françoise Sturbaut
Publié le 

Rite majeur de notre dramaturgie scolaire, le baccalauréat ne tient plus ses promesses. Il s’est alourdi au fil des années et risque l’accident industriel. Sésame de l’accès au Supérieur, il ne prépare pas les lycéens à la réussite dans la suite de leurs études. Symbole de l’égalité méritocratique, avec ses épreuves nationales anonymes, il ne joue pourtant aucun rôle dans l’orientation des lycéens puisque l’examen de leurs vœux (APB hier, Parcoursup aujourd’hui) se fait au cours du printemps, sur la base des bulletins de Première et des deux premiers trimestres de Terminale.

Le projet de réforme du baccalauréat applicable en 2021 reflète un constat largement partagé sur les lourdeurs et les insuffisances de l’examen actuel, qualifié de « monstre organisationnel » dans le rapport de Pierre Mathiot du début de l’année. Pourtant, le projet de réforme tel qu’il apparaît aujourd’hui ne permettrait pas un changement significatif, apte à le transformer suffisamment pour lui redonner un rôle vraiment utile.

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie