Aller au contenu de la page
Note

Le corps humain est-il disponible pour le marché?

Le rapport sur l’accès à la parenté, signé de Geneviève Delaisi de Parseval (psychanalyste) et Valérie Sebag-Depadt (juriste) et rendu public le 12 février 2010 a ouvert un large débat qui dépasse les frontières partisanes et politiques. Le débat existe aussi au sein de la communauté progressiste. Terra Nova donne la parole à la philosophe Sylviane Agacinski qui s’oppose à la proposition la plus polémique du rapport, la légalisation de la gestation pour autrui.
Par
  • Sylviane Agacinski
Publié le 

Terra Nova vient de publier un rapport intitulé « Accès à la parenté : assistance médicale à la procréation et adoption », issu d’un groupe de travail présidé par Valérie Sebag-Depadt et Geneviève Delaisi de Parseval. Nous venons d’en rendre compte dans notre dernier dossier Terra Nova/Libération. « Mères porteuses », procréation assistée, accès à la parenté des couples homosexuels, anonymat du donneur, transfert d’embryons post-mortem, double don de gamètes… Comment légiférer ? 

Les conclusions de ce rapport ne font pas consensus au sein de la famille progressiste ni même au sein de notre conseil d’administration. Terra Nova a vocation à proposer et développer des idées neuves, mais aussi à être une plateforme de débat ouverte où peuvent s’exprimer toutes les sensibilités progressistes. C’est pourquoi, comme pour Hadopi ou l’Iran, nous avons souhaité solliciter une personnalité progressiste qui ne partage pas les conclusions du rapport. Nous publions aujourd’hui le point de vue de Sylviane Agacinski, auteur de « Corps en miettes », qui explique pourquoi elle s’oppose à la proposition la plus polémique du rapport, celle de légaliser la gestation pour autrui."

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie