Aller au contenu de la page
Coronavirus

Quelle valeur collective accorder à la santé ? Une question relancée par la crise sanitaire

Comment trouver la manière de mesurer la pertinence des dépenses supplémentaires en santé ? Dans un contexte budgétaire transformé par la crise Covid mais qui restera contraint, un choix se fera toujours en comparaison d’un autre effort. Comment justifier de donner la priorité à une dépense plutôt qu’à une autre ? L’analyse de Clémence Thébaut, économiste de la santé.
Par
  • Clémence Thébaut
Publié le 
Cette publication fait partie de Coronavirus

« Rien n’est plus important que la vie humaine » : ce principe affiché par le Président de la République dans son allocution du 28 octobre 2020 illustre combien la crise du Covid a rebattu les cartes de la réflexion sur le coût de la santé. Le juste niveau des dépenses publiques allouées à la santé est l’objet d’un débat nourri depuis plusieurs décennies. Qu’il s’agisse de rembourser des thérapies innovantes très coûteuses, de construire un hôpital, d’organiser un dépistage systématique de cancer, ou de confiner le pays, la question s’impose : qu’est-il est juste de dépenser pour protéger la santé et sauver des vies ? 
C’est tout l’objet d’une discipline à part entière qui est désormais présente dans les agences sanitaires de nombreux pays : l’évaluation médico-économique, capable de mettre en face des coûts d’un investissement, les gains de santé qu’il engendre pour la collectivité. Cette évaluation est loin du cynisme qu’on lui prête parfois ; elle combine en effet un regard utilitariste de maximisation des bénéfices collectifs agrégés, et des principes normatifs de justice sociale valorisant la protection des plus fragiles. En France, la réflexion académique sur ces enjeux, de même que sa déclinaison opérationnelle à la Haute autorité de santé, ont fait avancer le débat et transformé les pratiques depuis le début des années 2000. 
Mais il reste une question fondamentale dont le débat public doit se saisir pour mieux orienter nos choix collectifs : celle du bénéfice attendu d’un surcroît de dépenses. Il ne s’agit pas de fixer un plafond de dépense par profil de patient ou par type de soin. L’objectif est de construire un outil permettant d’évaluer, pour un patient, les gains d’un traitement en termes de temps de vie gagné et de qualité de vie. En-deçà d’un certain seuil, qui devra faire l’objet d’une délibération publique, un investissement de santé serait considéré comme injuste, parce qu’il détournerait des ressources au détriment d’autres priorités plus pertinentes, c’est-à-dire d’autres patients. Dans un contexte de ressources contraintes, la valeur d’une vie sauvée reste bien une question ouverte, sur laquelle l’action publique en santé a besoin que le débat public soit mieux construit aujourd’hui.

A lire aussi : 

- « Combien dépenser pour la santé ? Une perspective démocratique » par Mélanie Heard (13.09.21)

- « Comment le Covid transforme le débat sur les dépenses de santé » par Pierre-Louis Bras (24.03.21)

Site Internet fabriqué avec  et  éco-conçu pour diminuer son empreinte environnementale.
Angle Web, Écoconception de site Internet en Savoie